Posts in Category: Expériences personnelles

Etape de cheminement : une nouvelle aventure se dessine

Modifier son activité, s’ouvrir et collaborer

.
(Read the post in English)

.
Je reporte ici avec un peu de retard un post de la semaine dernière partagé sur Instagram : « Regardez ce que je viens juste de recevoir dans ma boîte… Au cours du mois qui arrive, je vais tester et passer en revue cet oracle de l’adorable illustratrice @zedoras ! Ça fait un long moment que je rêve d’aider d’autres créateurs, alors c’est une occasion en or. Ça me fait sortir de ma zone de confort mais c’est un bon challenge. L’oracle s’appelle le « White Fox » (Renard Blanc). » Mais je voulais partager plus de contexte, formuler les choses « interdites », les peurs, les soubassements de ce que représente un tel événement. En un sens, cet article poursuit le récit des rebondissements qui interviennent dans mon cheminement spirituel en tant que « tireuse de cartes » (voir l’article que j’avais posté au départ de cette nouvelle impulsion)

.

Je fais de mon mieux pour dégager du temps pour moi, pour tirer des cartes, méditer avec elles, rédiger des notes personnelles (dans mes journaux), partager quelques tirages publiquement, et puis avec le temps créer, de plus en plus. Concevoir des tirages, concevoir des articles et dossiers à thème, des séries, créer de nouvelles méditations sur cartes comme j’ai pu le faire dans le passé… Je gribouille dans mon coin aussi, mais c’est plus dur, car j’ai beaucoup plus peur. J’aimerais apprendre des techniques, trouver le temps de pratiquer… Et puis j’étudie les jeux de autres. Je lis. Cela fait des années que j’ai ce mouvement d’expansion qui demande de sortir, et que j’ai du mal à laisser faire. Cela m’avait d’autant plus touchée et ravie quand j’avais pu collaborer avec Alcide sur les Cartes Divinatoires d’Algariel. Je trouve la collaboration extrêmement intéressante dans notre milieu. Or j’ai toujours des ressentis sur tout, des tonnes de questions, et dès que je vois quelque chose de nouveau, j’ai envie de le regarder sous toutes ses coutures ! J’avais ainsi interrogé Alcide en privé, puis en public (une suite était prévue, elle n’aura probablement pas lieu malheureusement). J’ai demandé également à l’illustratrice de l’oracle des Runes si je pouvais l’interroger sur son processus de création, et il faudrait que nous prenions le temps de coucher tout cela par écrit. J’aimerais énormément interroger Lyra sur la création du livre aussi. Bref, les idées fusent, ne s’arrêtent pas. Le temps avançant, j’ose poser des questions et ne pas rester dans mon coin ; j’ose me dire que si je m’interroge, d’autres doivent le faire et seront ravis de pouvoir obtenir des réponses aussi. C’est difficile encore pour moi de publier des livrets de méditations, de méthodes, de tirages, et encore plus d’oser aller au bout d’un jeu. Mais petit à petit j’ose féliciter des gens sans avoir peur qu’on me croit mal intentionnée, je vais vers eux / elles, et je demande.
.

Vous l’aurez ainsi peut-être remarqué, la structure du site a changé, car les anciens services de voyance sont passés en sommeil (indisponibles). A la place, j’ai mis en avant cette soif d’aventure et de travailler avec d’autres, de discuter en profondeurs sur des projets, de discuter des dessins, des cartes dans leur ensemble, et des mots qui les accompagnent. J’ai envie d’être là, et d’aider, d’échanger. Quelle grande joie pour moi de pouvoir discuter avec des artistes que j’admire ! Des artistes visuels, mais aussi des artistes « du tarot », car pour moi utiliser des cartes est aussi un art. Or reprendre contact avec d’autres praticiens sur la Toile était une étape très importante pour moi (vous en aurez constaté les fruits sur l’article après ma discussion avec Iria ; tellement d’autres idées attendent d’être exprimées). En effet, en arriver là a demandé en réalité plusieurs mois de travail, car cela demande de beaucoup travailler sur moi-même et sur mes peurs diverses. Pendant plusieurs années, je m’étais beaucoup isolée pour travailler à mes articles et à mes tirages Sur Le Seuil, comme une obligation, pour qu’on ne me reproche pas de faire de la pub dès que je poste quelque part, ou bien de chercher des clients, ou encore de copier les autres. Avoir fermé ma boutique Etsy c’est aussi m’être libérée de ça, de cette pression constante du regard, du jugement et du reproche qui couvent dans l’ombre ; je pense que peu le soupçonnent. En tout cas, nous y voilà, avec les semaines passées, en sortant de ma caverne, je touche du bout du doigt un grand rêve : de nouvelles rencontres, des conversations passionnantes avec ces personnes, et peut-être, des collaborations. Voilà l’essence de ce cri de joie sur Instagram, lorsque j’ai reçu ces feuilles de papier qui ont tellement de sens : le prototype d’un oracle d’une artiste que j’adore depuis des années. Je suis encore toute remuée de pouvoir tester ce jeu qui n’a pas pour l’instant de forme définitive. Remplie d’une joie intense, d’humilité, de curiosité… On verra si j’arrive à me poser suffisamment calmement pour poser des mots ici. On verra également avec sa créatrice ce qu’elle en pense, car elle doit avoir toutes les clés en main, tout le pouvoir de décision sur son bébé. Mais j’aimerais bien en parler ici dans l’avenir, faire une sorte de petit journal pour cette aventure, vous montrer ce que ce jeu peut offrir au quotidien, et probablement, dans l’avenir, vous proposer des tirages très courts personnalisés avec ! Un rêve j’ai dit, cela n’est pas pour rien…

.

Les étapes dans la vie d’un tireur de cartes : le retrait

.
Cela faisait longtemps que je ne m’étais pas arrêtée sur mon chemin pour réaliser un peu d’introspection sur mon parcours de voyance. Je me suis dit que c’était probablement un sujet dont on parlait peu, et que cela serait l’occasion de discuter avec d’autres personnes que de venir l’écrire ici.

.

Si j’avais été à temps plein aujourd’hui, professionnelle dans la voyance, je ne sais pas comment j’aurais géré ce qui m’arrive : je suis entrée dans une phase de repli introspectif. J’ai dû « fermer » ma boutique Etsy il y a quelques jours, car quelque chose ne résonnait plus. Ça n’était plus « juste » d’offrir mes services à d’autres, et de recevoir une compensation aussi. C’est très étrange, car je préfère probablement tirer les cartes pour les autres que pour moi, j’aime servir de cette façon. Comment abandonner le service qui a toujours été une partie majeure de mon cheminement ? Comment rendre son tablier ? Aussi, cette maigre compensation financière était pour moi importante, car elle permettait de financer ma passion (payer le site web, et acheter des jeux et des livres pour approfondir mes pratiques et mes connaissances). Quelque part en moi, j’ai ressenti une forme de « tiraillement », sur lequel je n’arrive pas encore à poser des mots, mais je sentais que quelque chose n’allait pas. Je dirais que c’est similaire à l’état de tiraillement que je peux ressentir si je suis sur le point de mentir ou de dissimuler une information à quelqu’un (ce que je ne supporte pas de faire, et qui ne correspond pas à mes valeurs), ou quand la vérité est entravée, ou encore qu’une injustice a lieu. Alors après avoir tenté de comprendre, en vain, j’ai senti que malgré l’envie de servir, malgré le fait que cela ait fait si longtemps parti de moi, et malgré le besoin d’argent, il fallait fermer boutique. Et malgré le mélange de culpabilité et d’angoisse de raccrocher le tablier, contre toute attente j’ai ressenti du soulagement.

.

Je crois que ce que je ressens intérieurement, c’est le besoin de réattirer à moi des énergies qui ont été éparpillées, et de me servir moi avant tout. Des images me reviennent également de l’année 2012, lorsque j’ai connu cette expansion de connaissances sur la maîtrise de notre intuition et la pratique des cartes. Peut-être que ce que je ressens c’est une sorte de nécessité à redevenir une ‘étudiante’, à remettre tous mes acquis à zéro, à revenir à une position d’apprentissage. Quelque part, c’est un peu comme le voyage du fou, qui remet à zéro le chemin des arcanes majeurs. J’ai remis à zéro mes convictions. Je vais prendre du temps pour moi, pour écrire dans mes journaux, pour méditer, pour développer…. c’est flou encore. Je crois sentir également une sorte de glissement, de transformation de mon « service ». L’envie de reprendre les échanges, le besoin d’écrire aussi. Ecrire un livre ? Actuellement je n’y crois pas trop. Par contre développer le site ici, cela me plairait beaucoup plus commencer. Proposer des dossiers à thème qui sont toujours dans mes brouillons, et des réflexions plus personnelles sur la voyance. Rechercher aussi. Lire des témoignages d’autres voyantes et cartomanciennes. Et des artistes aussi. Leur écrire peut-être. Les interroger, en privé ou en public (j’ai quelques interviews en tête).

.

Je n’ai plus de certitudes. Je ne sais pas exactement ce qu’il se passe, je ne sais pas ce que je vais faire, où je vais aller, mais j’accueille cette nouvelle phase de ma vie. Je m’ouvre à la curiosité et à la nécessité, au plaisir de redevenir une étudiante.
.
*****
.
English Sumary from Instagram :

.
What does your spiritual path look like? Your psychic or tarot journey? As a person, as a professional maybe? It is constant? Is it linear? Or does it have stops and restarts? Gaps?
.
It’s been approximately a month that I have been feeling something had changed within me regarding my energy and my path. I still cannot exactly figure out and identify what’s going on, but I felt misaligned, and I finally decided to close my tarot etsy shop. It may appear to be superficial but it’s not. My card readings are a service to other people that is dear to my heart. Closing my offers seemed really weird, how can I say « no » to service? Also, it was the sole extra money source I had. But it felt wrong somehow… And I felt relief when I closed the shop. I wonder how I could have managed this new spiritual phase of I had been a full time professional.
.
I wonder what is in store for me right now. What am I going to learn.
.

Nouveautés de Printemps

Voici les deux derniers arrivés ce printemps. Un drôle de package quand on connaît mon histoire.

L’oracle Féminitude était extrêmement en vogue en 2008-2012, on le voyait « partout » sur la sphère païenne, à cause de son thème féminin sacré, du travail des archétypes, et des peintures de la célèbre Myrrha. J’avais utilisé le petit module de tirage gratuit en ligne du Souffle d’Or, mais jamais je ne l’avais acheté. Quelque chose bloquait, je n’ai jamais souhaité travailler « le féminin sacré » tel qu’il était présenté. J’avais pris les cartes pour travailler à la conscience et à l’évolution simplement, et les extraits du livret ne me parlaient pas vraiment… J’avais entrepris de réécrire un livret de méditation entier avec mes « élans » sur chacune des cartes (c’est chiant de voir les choses en grand haha) sur l’ancien blog. Quand j’ai vu que ma sœur avait choisi de m’offrir celui-ci dans la liste que j’avais donnée, j’ai trouvé ça drôle. Comme une demande tacite : est-ce que c’est le moment de reprendre le travail avec ce jeu ? De reprendre l’écriture de ce projet ? On verra ce qu’elle choisit… et paf, ça n’a pas loupé.

Le deuxième était vraiment une grosse hésitation de ma part, The Good Tarot de Colette Baron Reid. D’un côté j’adore ce que fait Colette, ses oracles sont espiègles, enfantins, et pourtant les messages ne sont pas niais, bien au contraire. Ce sont des grands outils d’évolution. J’avais surtout travaillé avec le Enchanted Map Oracle que je possède, mais j’avais aussi effectué des tirages en ligne avec d’autres jeux il me semble. A côté de cela… je ne suis vraiment pas fan du travail graphique qu’elle choisit. Parfois ça m’amuse, l’énergie me porte (j’ai été très attirée par les couleurs pastels de son Wisdom Oracle par exemple) parfois je trouve le travail de photomontage juste bâclé ou vide, un personnage au centre, et rien autour, ou peu de détails. Mais les textes des livrets, s’ils sont courts, sont parfois très bons. Comme dit, le Enchanted Map a vraiment trouvé un équilibre, ni trop court, ni trop long, et le contenu est intéressant et profond psychologiquement. Alors ce nouvel outil, The Good Tarot, c’était pareil. La première fois que je l’ai vu, j’ai été soufflée. Contre toute attente, je le trouvais enchanteur, plein de poésie, avec des énergies très marquées pour chaque suite. Et plusieurs semaines / mois plus tard… Plus rien. Je le trouvais creux, avec aucun travail symbolique sur les arcanes mineures. Que faire ? J’ai tendance à me dire que ma wishlist est tellement longue, si je ne suis pas entièrement convaincue par un jeu, alors je ne le prends pas ! Pas de gâchis ou de regret comme ça. Et puis, je ne sais pas. Une autre partie de moi a eu envie de voir. De tester avec l’objet entre les mains, de laisser une chance. Peut-être que ça parlait à mon enfant intérieur ? Peut-être que le livret apporte des choses intéressantes comme l’Enchanted Map ? Aussi, je pense à mes clients, qui peut-être aimeront eux ce jeu-là, et puis à l’étude, au sens strict, à comparer mille arcanes ou mineures entre eux / elles pour en extraire quelque chose. (Sans parler du fait que je découvre le troc de tarots, je me décide à ne pas acheter que du neuf pour certains jeux de base, et donc j’ai commencé à dresser une liste de ce que je pourrais troquer ou revendre. Du coup, j’ai moins peur d’acheter un jeu, de prendre certains risques, car je me dis que je pourrais « laisser aller » ce qui ne me convient pas. Ca me permettra aussi de donner une certaine cohérence dans ma collection, de garder le « taux énergétique » vibrant d’une certaine façon, on ne conservant pas des « poids morts ».)

Ce qui me rendait curieuse aussi, c’est que j’ai longtemps « combattu » (aka, débattu et râlé sur internet, sur des forums, des blogs, et sur FB) les niaiseries et absurdités du « New Age ». Un tarot qui se présente comme un « Good Tarot » ? Vraiment ? Forcément par provocation et curiosité, il me fallait voir ça de plus près haha. Sans rire, comme Colette effectue souvent du très bon travail, je me demandais ce qu’elle avait voulu dire par là. Un tarot uniquement bon ? Ou autre chose ? du coup je l’avais mis sur une petite liste à part, pour des cadeaux pas chers, au cas où. Et pareil, parmi moult autres jeux, celui-ci a été choisi. Alors on va lui donner une chance !

Bref, on ne manque jamais de quoi jouer ou travailler avec une collection, mais voici deux nouveautés qui me travaillent. ^^
PS : pour ceux qui seraient intéressés, il y a 20% de réduction sur n’importe quel tirage de la boutique etsy.

Le Mystère de la nouvelle année

A ma grande surprise, mon nouveau compagnon a choisi de m’offrir spécifiquement quelque chose pour m’encourager dans mes passions et les choses qui m’importent, allant explorer ma wishlist et m’offrant le Tarot d’Ostara pour Noël. C’est un véritable plaisir de découvrir ce jeu qui m’attirait depuis longtemps ; c’est une amie qui me l’avait montré pour la première fois, j’en avais raté sa campagne indépendante lorsqu’il était encore à tirages limités, la mort dans l’âme.

Comme beaucoup d’entre vous doivent l’expérimenter, quand on ouvre un jeu de tarot, on salive bêtement en regardant les cartes une à une. Et une deuxième surprise est venue se glisser dans le paquet : je n’avais pas de 6 de coupes, mais un 2 d’épées à la place, si bien que je me suis retrouvée avec deux 2 d’épées. Autant dans un autre cas j’aurais peut-être laissé cela de côté sans y réfléchir, autant ici j’ai ouvert le jeu entre Noël et le Nouvel An, en pleine période traditionnelle du Solstice d’hiver (souvent appelé Yule). Du coup, je me suis mis à me demander comment interpréter ce « manque » et ce doublon. J’ai quelques pistes, qui vont probablement reposer dans un coin pendant un moment, mais j’aurais le 6 de coupes et le 2 d’épées en tête dans l’année à venir, comme sorte de cartes guides. Comment verriez-vous cette dynamique si vous aviez reçu le même jeu, avec le même défaut, au nouvel an ?

Au passage, j’en profite pour vous souhaiter à tous une excellente année 2018. Pour ma part, je souhaite poursuivre toujours plus avant l’aventure de ce blog, écrire plus, tenter quelques vidéos, et ce que j’espère également, c’est d’avoir le grand plaisir de vous lire et de continuer à échanger autour des cartes.

L’Aventure de la modification des tranches !

Il y a quelques temps déjà, j’avais publié sur Youtube une petite vidéo (7 min) où j’expliquais que j’allais me lancer pour la première fois dans la modification d’un ou deux jeux de cartes.

 

 

Pour moi, c’était quelque chose de vraiment inenvisageable.

Je voyais le jeu comme un tout, je me connais pas très adroite donc j’avais peur de tout gâcher, je pensais au travail de l’auteur, de l’artiste, et de l’éditeur… Je ne pouvais pas m’imaginer avoir besoin ou envie de changer quelque chose. Et puis le temps a visiblement fait son oeuvre. Moi qui suis pourtant très simple et très sobre, j’ai eu, pour la première fois, la vision de deux jeux qui avaient désormais un « manque » dans ma vision : l’oracle et des sirènes et les cartes d’Algariel. Deux très jolis jeux, mais qui avaient un petit détail manquant : des tranches non « complètes ».

- La bordure fine et noire des cartes d’Algariel est vraiment agréable à l’oeil, et bonne pour « ceinturer » les illustrations. Et pourtant, après deux ans, je me suis rendue compte de quelque chose en les mélangeant : mais pourquoi est-ce que les tranches étaient blanches et non noires ? Tout d’un coup, le jeu était incomplet dans mon esprit ; pour aller au bout de la vision d’Alcide, et de la réalisation et des cartes, il fallait que cela soit totalement noir.

- Et puis l’oracle des Sirènes s’est mis à me « parler » (au sens métaphorique). Les sirènes sont dans certaines représentations des collectionneuses au même titre que les pies (ou que les fées ?) ; dans certaines légendes, elles incarnent la féminité et la beauté. La boîte du jeu tape dans l’oeil avec son nom en doré, et je me suis demandée brutalement : mais pourquoi la tranche des cartes n’a-t-elle pas été prévue dorée elle aussi ?? Alors pareil que pour les cartes d’Algariel, j’avais soudain un manque visuel et énergétique, il fallait la « bonne » tranche.

Puis il y a avait le côté pratique.

Le « problème » pour moi, c’était de trouver comment refaire les tranches. Je me suis demandée si un simple marqueur noir de base, même pas de marque, ferait l’affaire ; ou alors fallait-il que j’achète un marqueur de marque ? ou alors carrément un marqueur spécial à dessin ? Et puis je suis entrée dans le monde des marqueurs, y avait ceux à dessin (mais alors c’est quoi les autres qu’on utilise d’habitude? en arts plastiques au collège, je n’ai jamais acheté quelque chose de spécifique…), les marqueurs à l’alcool, ceux sans alcool, les nouveaux marqueurs « pro » pour faire des beaux dessins, du comic book etc…. wow, je me suis retrouvée perdue.

Alors quand j’ai commencé à réfléchir pour le marqueur doré, là mon cerveau a explosé haha. Y a doré et doré en fait. Y en a des plus « chauds » des plus « froids », y en a qui peuvent baver, d’autres soit-disant pas…. Alors j’ai discuté avec une vendeuse là où j’étais, et son avis était qu’un marqueur à l’alcool ça bave (il y a comme une tâche translucide autour de votre écriture colorée), donc plutôt prendre autre chose. J’ai suivi son conseil, et j’ai pris une gamme spéciale sans alcool, les « Shake » que je présente dans la vidéo. Et je crois avoir acheté un doré et un noir. Ou seulement un doré, flûte, je ne sais plus, et tout ça est rangé dans un carton quelque part. Bref.

Au final, j’ai utilisé ce marqueur spécial doré pour les cartes de l’oracle des Sirènes,

et j’ai été déçue. Ce n’était pas du tout aussi facile d’utilisation que je pensais. Pour faire marcher le feutre la première fois, j’ai vraiment dû le secouer des plombes, et pomper pomper pour essayer de le faire écrire. J’ai eu super peur de m’être faite arnaquer…. mais j’ai vu qu’il était écrit quelques minutes sur le feutre, donc j’ai pris mon mal en patience, et ça a fini par marcher. Sauf que, le flux n’était pas constant. Tantôt j’en avais un petit peu, tantôt beaucoup beaucoup (et c’est seulement là que la vraie couleur dorée se révélait). Mon travail au final était vraiment inégal, ça se voit sur les photos. Aussi, quand le flux était important, et bien…. ça bavait partout. Alors ça n’a pas taché les cartes à proprement parler, mais j’ai dû vraiment passer du temps à tout essuyer.

D’abord un aperçu global, paquet neutre / paquet doré.

Puis un aperçu du rendu de la texture et de la couleur.


Bilan : soit je suis nulle et je n’ai pas réussi à me servir correctement du feutre… soit la technique n’est pas la bonne.

 

Pour la suite, c’est vraiment ironique…

Après cette déception, je me suis dit qu’un marqueur noir tout simple ne m’avait jamais trahi, et que je ne voyais pas quel pourrait être le problème avec l’autre jeu. Du coup, pour les cartes divinatoires d’Algariel, j’ai saisi le vieux marqueur qui m’accompagnait dans ma trousse un dessin depuis des années, et je me suis lancée. Et là, eh bien, aucune surprise. Ca s’est comporté exactement comme je voulais et j’ai eu exactement le résultat que je voulais haha ! Quelque chose de mat, de couvrant, pas de reflets particuliers, pas de coulures du tout… Et là pour le coup j’ai adoré tout de suite le rendu sur le jeu. Elles pourraient peut-être être retouchées encore un peu, mais la différence entre le rendu avec le doré est énorme pour le premier jet.

 

Est-ce que je retenterai l’aventure ? Probablement. Notamment pour les tranches noires, les plus faciles. Le Mary El notamment mériterait d’y passer. Mais j’aimerais bien trouvé un système fiable en doré, parce que y a vraiment des jeux auxquels ça sied beaucoup mieux. Je suis un peu triste pour mon oracle de Rûmi qui appelle ce type de traitement.