Posts in Category: Pratiques du tarot

[Création] Le tirage de l’étang

Voici un deuxième tirage que j’aime beaucoup, également tiré du livre des cartes d’Algariel.

Le tirage de l’étang, par Valiel

(Schéma du livre d’Alcide)

L’objectif de ce tirage est de réaliser un portrait psychologique du moment, ou d’évaluer une situation bloquée.
Carte 1 : la surface de l’étang (de la personne ou du problème), c’est à dire la « face publique », les apparences, tout ce qui est factice généralement.
Carte 2 et 3 : les parasites à la surface de l’étang, c’est-à-dire ce qui empêche de voir sous la surface, ce qui nous voile la face.
Cartes 4 et 5 : Pour une situation, deux problèmes « médians », intermédiaires, qui sont plus ou moins conscients. Pour une personne, deux problèmes, blocages ou défauts.
Carte 6 : le « monstre » caché au fond de l’étang, qui dort dans la vase, c’est-à-dire ce que l’on refuse de voir, ce qu’on refoule absolument, la clé du problème.

[Création] Le tirage de la marelle

Voilà, nous sommes Lundi, j’attaque la semaine avec quelque chose de nouveau que je voulais faire depuis un petit moment : proposer des tirages créatifs, personnels, adaptés à toutes les situations. Pour commencer je vous présente ce premier tirage réalisé pour l’ouvrage des cartes divinatoires d’Algariel. Il dispose de deux versions un peu différentes.

Le tirage de la marelle par Valiel

(Schéma du livre d’Alcide)

Version 1.

Son but est de réaliser un bilan total de soi-même, qui peut représenter une introspection assez lourde.
Carte 1 : les défis datant de la petite enfance (jusqu’à 6), qui concernent la construction du soi.
Carte 2 : les défis datant de l’enfance (7-11 ans), qui concernent les interactions avec les autres.
Carte 3 : les défis datant de l’adolescence (12-16 ans), qui concerne le rapport à la famille.
Carte 4 + 5 : le bilan du passage à l’âge adulte (17-25 ans et 26-35 ans)
Carte 6 et 7 : les défis de vie (36-50 ans et 51-fin de vie), indépendance, enfantement ou non, épanouissement du soi, soin de soi (santé), cercle social à notre convenance, réalisation professionnelle, projets réalisés ou non….
Carte 8 : les défis non résolus qui seront emportés dans l’au-delà ou dans la vie suivante (héritage familial, héritage laissé à ses enfants ou au monde…)

 

Version 2.
Ce tirage est plus généraliste, moins dans la construction de soi, plutôt pour évaluer nos forces et qualités, nos motivations.
Cartes 1, 2 et 3 : nos fondations
Cartes 4 et 5 : nos atouts, nos qualités uniques, notre personnalité
Cartes 6 et 7 : nos épreuves de vie
Carte 8 : notre but ultime, ce qui nous porte dans la vie

On peut affiner ou nuancer ce tirage en suivant différent schéma de marelles. Cela permet d’aller plus loin (plus de cartes) ou de suivre une structure différente (positionnement des cases) comme ici :

Nouveautés de Printemps

Voici les deux derniers arrivés ce printemps. Un drôle de package quand on connaît mon histoire.

L’oracle Féminitude était extrêmement en vogue en 2008-2012, on le voyait « partout » sur la sphère païenne, à cause de son thème féminin sacré, du travail des archétypes, et des peintures de la célèbre Myrrha. J’avais utilisé le petit module de tirage gratuit en ligne du Souffle d’Or, mais jamais je ne l’avais acheté. Quelque chose bloquait, je n’ai jamais souhaité travailler « le féminin sacré » tel qu’il était présenté. J’avais pris les cartes pour travailler à la conscience et à l’évolution simplement, et les extraits du livret ne me parlaient pas vraiment… J’avais entrepris de réécrire un livret de méditation entier avec mes « élans » sur chacune des cartes (c’est chiant de voir les choses en grand haha) sur l’ancien blog. Quand j’ai vu que ma sœur avait choisi de m’offrir celui-ci dans la liste que j’avais donnée, j’ai trouvé ça drôle. Comme une demande tacite : est-ce que c’est le moment de reprendre le travail avec ce jeu ? De reprendre l’écriture de ce projet ? On verra ce qu’elle choisit… et paf, ça n’a pas loupé.

Le deuxième était vraiment une grosse hésitation de ma part, The Good Tarot de Colette Baron Reid. D’un côté j’adore ce que fait Colette, ses oracles sont espiègles, enfantins, et pourtant les messages ne sont pas niais, bien au contraire. Ce sont des grands outils d’évolution. J’avais surtout travaillé avec le Enchanted Map Oracle que je possède, mais j’avais aussi effectué des tirages en ligne avec d’autres jeux il me semble. A côté de cela… je ne suis vraiment pas fan du travail graphique qu’elle choisit. Parfois ça m’amuse, l’énergie me porte (j’ai été très attirée par les couleurs pastels de son Wisdom Oracle par exemple) parfois je trouve le travail de photomontage juste bâclé ou vide, un personnage au centre, et rien autour, ou peu de détails. Mais les textes des livrets, s’ils sont courts, sont parfois très bons. Comme dit, le Enchanted Map a vraiment trouvé un équilibre, ni trop court, ni trop long, et le contenu est intéressant et profond psychologiquement. Alors ce nouvel outil, The Good Tarot, c’était pareil. La première fois que je l’ai vu, j’ai été soufflée. Contre toute attente, je le trouvais enchanteur, plein de poésie, avec des énergies très marquées pour chaque suite. Et plusieurs semaines / mois plus tard… Plus rien. Je le trouvais creux, avec aucun travail symbolique sur les arcanes mineures. Que faire ? J’ai tendance à me dire que ma wishlist est tellement longue, si je ne suis pas entièrement convaincue par un jeu, alors je ne le prends pas ! Pas de gâchis ou de regret comme ça. Et puis, je ne sais pas. Une autre partie de moi a eu envie de voir. De tester avec l’objet entre les mains, de laisser une chance. Peut-être que ça parlait à mon enfant intérieur ? Peut-être que le livret apporte des choses intéressantes comme l’Enchanted Map ? Aussi, je pense à mes clients, qui peut-être aimeront eux ce jeu-là, et puis à l’étude, au sens strict, à comparer mille arcanes ou mineures entre eux / elles pour en extraire quelque chose. (Sans parler du fait que je découvre le troc de tarots, je me décide à ne pas acheter que du neuf pour certains jeux de base, et donc j’ai commencé à dresser une liste de ce que je pourrais troquer ou revendre. Du coup, j’ai moins peur d’acheter un jeu, de prendre certains risques, car je me dis que je pourrais « laisser aller » ce qui ne me convient pas. Ca me permettra aussi de donner une certaine cohérence dans ma collection, de garder le « taux énergétique » vibrant d’une certaine façon, on ne conservant pas des « poids morts ».)

Ce qui me rendait curieuse aussi, c’est que j’ai longtemps « combattu » (aka, débattu et râlé sur internet, sur des forums, des blogs, et sur FB) les niaiseries et absurdités du « New Age ». Un tarot qui se présente comme un « Good Tarot » ? Vraiment ? Forcément par provocation et curiosité, il me fallait voir ça de plus près haha. Sans rire, comme Colette effectue souvent du très bon travail, je me demandais ce qu’elle avait voulu dire par là. Un tarot uniquement bon ? Ou autre chose ? du coup je l’avais mis sur une petite liste à part, pour des cadeaux pas chers, au cas où. Et pareil, parmi moult autres jeux, celui-ci a été choisi. Alors on va lui donner une chance !


Bref, on ne manque jamais de quoi jouer ou travailler avec une collection, mais voici deux nouveautés qui me travaillent. ^^
PS : pour ceux qui seraient intéressés, il y a 20% de réduction sur n’importe quel tirage de la boutique etsy.

Tirage problématique (2)

On continue doucement la série des exemples de tirages contradictoires en guidance. :)

Contexte : Réussir à se décider sur un choix / achat. Exemple : « Est-ce que c’est le bon moment pour acquérir cet objet ou bien dois-je plutôt être raisonnable avec mon budget ? », ou « Est-ce que mon intuition essaie de m’indiquer que je devrais acheter cet objet, ou bien est-ce que je dois être raisonnable ? ».  Il n’aurait dû y avoir qu’une seule carte, mais une deuxième s’est invitée.

Le superbe « Oracle of Echoes » d’Ana Tourian (Visitez son site par ici).

J’ai ri quand j’ai vu la première carte, parce qu’effectivement elle reflète bien qu’il y a un conflit interne. Je vois les deux visage comme deux faces de moi-même qui se crie dessus pour arrêter le choix. x) Maintenant, quand je demande comment trancher, comment écouter mon intuition, et que je reçois « discord » ça ne m’aide pas du tout. Quand je regarde la deuxième carte, « Trust », techniquement elle est en désaccord total avec la première. Comment je peux me faire confiance, puisque j’ai en moi deux voix qui crient et se disputent ? Comment je suis censée trouver mon intuition dessous ? Une fois de plus, quand on ne détermine pas à l’avance de position pour chaque carte, la difficulté est de savoir comment les agencer, dans quel sens les lire, qui prime sur quoi, qui modifie qui, etc.

Ici, il y a plusieurs manières de régler le problème. Si « Trust » tombe en deuxième, et non en première (à droite donc), dans la chronologie on peut penser que c’est elle qui prime. La suite serait donc à la lire comme : « Malgré des conflits internes, je vais être capable de prendre la bonne décision, il faut que je me fasse confiance ».

La découverte de l’Oracle des Reflets – tirage problématique (1)

Avec le temps, je tente d’essayer de percer à jour certains jeux qui me résistent. Récemment, ce sont plutôt des oracles que j’explore, et après un sacré paquet de temps maintenant (deux ans?), je me saisis de l’Oracle des Reflets pour sympathiser. Etant donné que les tirages me laissent encore perplexes, j’adopte la technique que l’on voit partout : tirer pour la veille, ou pour la journée en cours, et trouver dans son environnement, dans les événements, les correspondances qui pourraient donner du sens à la carte. Jusqu’ici, l’Oracle des Reflets a eu l’air d’être d’une autre langue que la mienne ; ses symboles ne sont pas les miens, et je n’arrive pas à déchiffrer ce qu’il me dit. Alors chaque semaine, ou dix jours, ou parfois deux jours d’affilée, je tire une ou deux cartes, et j’essaie d’étoffer mon « vocabulaire ».

 

Ce tirage-ci d’il y a plusieurs semaines est un bon exemple de ce qui peut me laisser perplexe :


Le contexte était la gestion d’un deuil, et au premier abord, il me donne des cartes contradictoires (selon la façon dont on les voit).

  • A) La première carte, le lâcher prise, est à priori à l’opposé de la carte de l’ancre qui donne stabilité et ancrage (par définition). Faut-il alors lâcher prise ou tenir bon ?
  • B) Une autre possibilité serait de ne pas voir de lien entre les deux cartes ; le conseil préconisé est le lâcher prise, peut-être par rapport à l’argent (mais on va voir le problème plus tard), et, paradoxalement, de bien s’ancrer physiquement et spirituellement pour traverser le deuil (mais en lâchant prise). Exemple typique du flou d’un tirage sans question, ou surtout, sans « position » (position = signification pré-définie avant tirage pour chaque carte tirée ; ex: carte 1, le passé, carte 2, le présent, carte 3 le futur).
  • C) Un autre problème de vocabulaire se pose : il ne s’agit pas d’un deuil familial, donc a priori je ne vois aucun rapport dans la carte de l’argent ; il n’y a rien à gagner, c’est une ancienne connaissance.

Du coup, je demandais au hasard d’Instagram, et je prends le temps de le faire ici, si certains d’entre vous y verraient des choses qui me sont pour l’instant inaccessibles. Que vous connaissiez ou non l’Oracle des Reflets, que vous évoqueraient ces cartes ?
Note : Comme je le disais sur Facebook, j’ai beaucoup d’idées et d’envie en ce moment bien que le temps me fasse défaut. Mais j’ouvre ici une catégorie de travail avec l’Oracle des Reflets dans l’espoir de poster des explorations régulières (comme j’avais commencé avec l’Oracle Bleu), et j’inaugure aussi une autre catégorie qui me titille depuis un bon mois déjà : les « exercices d’interprétation », qui serait sûrement renommé (ce sont des présentations de cas problématiques, des illustrations de ce qui pose problème quand on analyse un tirage).