Posts in Category: Etudes de jeux récurrents

(Review) Revue comparative du Cosmos Tarot 2e édition !

Auteurs : The Light Grey Art Lab, un collectif d’artistes
Illustrateurs : Même chose. Chaque carte = un illustrateur différent.
Éditeur : autopublié donc, par leur studio
Année : 2018 (juin)
Format : un tarot (78) et un oracle (22)
Langue : anglais
Prix : toujours 35 dollars américain (sans fdp)
En voir et en savoir plus ? Consulter le site de l’atelier ! (cliquez) Vous avez la possibilité de voir l’intégralité du jeu (toutes les lames, des deux jeux, avec également le texte accompagnateur) !

Photo officielle du Light Grey Lab

Pour voir d’abord l’ancienne revue, c’est par ici : cliquez.

Quelles différences avec la première édition ?

- La boîte : la couleur du fond a été légèrement modifiée : le fond de ciel étoilé est désormais violet sombre, avec une partie plus claire qui met en relief le sous-titre de la « deuxième édition ». Aussi, les cartes représentées sur la boîte sont légèrement différentes.
- La qualité d’impression des cartes : moitié positive, moitié négative, voir plus bas.
- L’apparence du livret : sa couleur a également été modifiée pour être accordée à la nouvelle boîte.

Pour les changements plus conséquents, il va falloir un peu s’étendre.

- Le contenu du livret : même nombre de pages, 141. Au début j’ai eu peur, car je ne voyais pas comment ils pouvaient avoir modifié et amélioré le livret sans avoir touché au volume de page. Et puis en un coup d’oeil rapide on est fixé : ils ont joué sur la taille de police, pour garder toujours une carte = une page. Ce qu’il se passe, c’est que certaines cartes avaient des pages un peu vide en fait, donc ils ont procédé à des ajouts pour que ça soit plus dense. Sur d’autres cartes, ils ont modifié les mots de liaison, retiré quelques phrases, ajouté d’autres… Donc en fait on garde bien un livret exactement de la même taille. Voir les deux exemples en photos plus bas.

- Les cartes : Plusieurs choses sont observables à l’oeil nu dans la nouvelle impression : des différences de couleurs, de chaleurs, de contrastes, et de piqué.

(Ex: Oracle, le 4, le 6 presque noir et plus gris sombre, pareil sur la 10, le 7 plus orangé et foncé ; la 17 est plus bleue dans la 1ere édition, plus bleu vert dans la 2e ; la 19 est plus violette dans la 2e, et bleue dans la 1ere ; 21 plus grise dans la 1ere, plus sombre et violette (?) dans la 2e ; la 22, plus piquée, sombre et moins brumeuse dans la 2e)

Premières impressions positives :

- La boîte a l’air d’être exactement de la même taille, aussi compacte et duveteuse.
- Les couleurs sont très éclatantes et contrastées. Ca attire beaucoup l’œil, c’est beau à regarder. J’ai comparé les deux : la différence est légère, mais ça fait quand même un changement ; plus de contraste et de piqué sur la 2e édition. Parfois ça rend plus sombre que sur la première.

Premières impressions négatives en ouvrant la boîte

- La boîte est toujours aussi dure à ouvrir, ça m’a pris plusieurs minutes, j’ai cru que j’allais finir par l’abîmer avec mes ongles.
- La qualité des cartes est moins bonnes…. Il faut que je vérifie ça de façon plus technique, mais quelle tristesse en ouvrant le premier paquet ! La « lamination » est ratée : tous les bords de cartes sont « marqués » et vont peut-être « feuilleter »… (voir oracle carte 10 en haut, 17). Les cartes ont collé les unes aux autres aussi.
- J’ai l’impression que les cartes glissent moins que dans la précédente édition.
- x

La comparaison côte à côte en photos

Les boîtes et livrets de même tailles, avec couleurs et labellisations modifiées.

La différence de colle entre les deux livrets. 1ere édition : sombre et épaisse ; 2e édition : blanche et plus fine.

Le contenu du livret légèrement modifié. 1ere édition à gauche, 2e édition à droite :
(clic droit + « afficher l’image » pour voir en plus grand et lire les caractères)

Maintenant passons aux cartes. La première de l’Oracle, et le changement de mot clé.

FR: Un zoom sur le bord des cartes : remarquez les petits points blancs qui montrent que le bord s’effrite alors que c’est neuf. Edition 1 à gauche, édition 2 à droite.
ENG: A close look at the new bad edge of the cards : see the white dots, showing that the edge is weirdly eroding. Edition 2 first, edition 1 below :

FR: Regardons d’autres cartes dont les couleurs et le contraste sont plus ou moins modifiées. Même ordre.
ENG: Another look at colors and contrast change. Edition 1 on the left, 2nd edition on the right.



FR: Regardez comme les contours sont plus noires et foncées à cause du changement de contraste.
ENG: Look at how certain lines are more black than before due to contrast.

FR : Passons maintenant à toutes les cartes sombres mentionnées dans la vidéo.
ENG: Let’s now look at how the dark cards become even darker.

FR : Parfois, c’est la « chaleur » de la carte qui est modifiée :
ENG : Sometimes, the hues change from cold to warm tones or the reverse.

FR : Outre le changement de « chaleur », remarquez le piqué qui change sur la carte suivante ; la brume de la carte de gauche n’existe plus sur la seconde.
ENG : Apart from the change of tone, note the sharpness on the following card ; the first version was blurry, almost misty, but the second one is very clear.

FR : les gris ont tendance à tourner au gris très sombre voire noirs.
ENG : the grey colors tend to turn to pitch black.

.

La revue comparative en vidéo :

.

The Path of the Soul, petit retour

(English below)

La tentation a été trop forte. Le retour à l’édition des 3 jeux de Cheryl Harnish me remplit de joie d’une façon un peu surprenante. Mais après tout, elle fut mon premier enseignant en ligne : j’avais suivi une petite série de vidéos où elle expliquait ce qu’était l’intuition, et comment la développer avec ses cartes. Des années après avoir fermé des tas de « portes intérieures », j’avais du mal à me laisser aller et à les rouvrir, et cela fut une aubaine pour moi de tomber sur quelque chose de si clair. Et cela me paraissait vraiment évident de le pratiquer sur des cartes abstraites et non figuratives, aucun piège possible.

Du coup, cela m’a fait fouiller et ressortir du placard les deux oracles que j’avais obtenus, pour me replonger dans ces couleurs, formes et énergies qui m’avaient tant appris. Je me suis demandée si j’allais avoir trop changé pour résonner encore avec, mais ce tirage journalier a révélé que non. Les cartes délivrent toujours leur magie. Chaque détail de la carte peut retenir le regard et indiquer sur le moment une spécificité unique, en fonction de la personne, du lieu, du moment. j’ai tellement pratiqué avec des jeux figuratifs depuis que j’ai probablement perdu la main, mais malgré tout j’ai ressenti le même déclic subtil. L’esprit qui erre sur la carte, qui s’imprègne des couleurs, qui finit par s’accrocher à un détail et une signification unique, sorti de « nulle part » monte. Peu importe le mot clé de la carte et son message dans le livret.

Je me suis sentie émue. Je crois que je vais les laisser tous les deux à portée dans les semaines à venir.

*************

Cheryl Lee Harnish successfully completed a kickstarter to re-issue her three decks. I’m so happy for her, she was one of my first indirect teacher online. Indirect because I watched a series of videos where she explained how intuition worked, and how do develop it with her cards. It really upleveled my practice, helping reopen doors that I had closed in the past.

This, it was not without emotion that I pulled her two decks out of my stock after many years (that was in 2012). And even though I worked almost solely with figurative decks since, I was still able to extract a unique personal signification out of those two cards.

 

 

Plonger plus avant au cœur d’Algariel avec les vidéos d’Alcide !

Vous aimez les Cartes divinatoires d’Algariel, vous voulez TOUT savoir, mais le livre vous avait laissé sur votre faim ? Bonne nouvelle !! Alcide n’abandonne jamais, et s’est mis à créer un nouveau contenu délicieux de détails sur son jeu !

Regroupant les cartes par types, il a commencé par trois petits épisodes à thèmes pour approfondir le détail des relations entre les cartes et leurs significations : les tours, les véhicules, et les végétaux. Et ce dans un format non rébarbatif : pas plus de 10 minutes chacune. Vous pouvez vous rendre directement sur sa chaîne en suivant les liens précédents, sinon je vous affiche ici ces nouveautés !

La découverte de l’Oracle des Reflets – tirage problématique (1)

Avec le temps, je tente d’essayer de percer à jour certains jeux qui me résistent. Récemment, ce sont plutôt des oracles que j’explore, et après un sacré paquet de temps maintenant (deux ans?), je me saisis de l’Oracle des Reflets pour sympathiser. Etant donné que les tirages me laissent encore perplexes, j’adopte la technique que l’on voit partout : tirer pour la veille, ou pour la journée en cours, et trouver dans son environnement, dans les événements, les correspondances qui pourraient donner du sens à la carte. Jusqu’ici, l’Oracle des Reflets a eu l’air d’être d’une autre langue que la mienne ; ses symboles ne sont pas les miens, et je n’arrive pas à déchiffrer ce qu’il me dit. Alors chaque semaine, ou dix jours, ou parfois deux jours d’affilée, je tire une ou deux cartes, et j’essaie d’étoffer mon « vocabulaire ».

 

Ce tirage-ci d’il y a plusieurs semaines est un bon exemple de ce qui peut me laisser perplexe :

Le contexte était la gestion d’un deuil, et au premier abord, il me donne des cartes contradictoires (selon la façon dont on les voit).

  • A) La première carte, le lâcher prise, est à priori à l’opposé de la carte de l’ancre qui donne stabilité et ancrage (par définition). Faut-il alors lâcher prise ou tenir bon ?
  • B) Une autre possibilité serait de ne pas voir de lien entre les deux cartes ; le conseil préconisé est le lâcher prise, peut-être par rapport à l’argent (mais on va voir le problème plus tard), et, paradoxalement, de bien s’ancrer physiquement et spirituellement pour traverser le deuil (mais en lâchant prise). Exemple typique du flou d’un tirage sans question, ou surtout, sans « position » (position = signification pré-définie avant tirage pour chaque carte tirée ; ex: carte 1, le passé, carte 2, le présent, carte 3 le futur).
  • C) Un autre problème de vocabulaire se pose : il ne s’agit pas d’un deuil familial, donc a priori je ne vois aucun rapport dans la carte de l’argent ; il n’y a rien à gagner, c’est une ancienne connaissance.

Du coup, je demandais au hasard d’Instagram, et je prends le temps de le faire ici, si certains d’entre vous y verraient des choses qui me sont pour l’instant inaccessibles. Que vous connaissiez ou non l’Oracle des Reflets, que vous évoqueraient ces cartes ?
Note : Comme je le disais sur Facebook, j’ai beaucoup d’idées et d’envie en ce moment bien que le temps me fasse défaut. Mais j’ouvre ici une catégorie de travail avec l’Oracle des Reflets dans l’espoir de poster des explorations régulières (comme j’avais commencé avec l’Oracle Bleu), et j’inaugure aussi une autre catégorie qui me titille depuis un bon mois déjà : les « exercices d’interprétation », qui serait sûrement renommé (ce sont des présentations de cas problématiques, des illustrations de ce qui pose problème quand on analyse un tirage).

Cycle de tirages journaliers – Oracle bleu (3)

(les photos sont souvent postées en avant sur Instagram)

 

30, la maison   +   4, le travail

Un tirage concis hier, mais toujours juste. Cette fois-ci ce n’est pas le sens pragmatique qui est à prendre à la lettre. Ma maison n’est pas en travaux. La carte 30 peut représenter l’environnement au sens général, le lieu d’habitation (le concept, pas le bâtiment). Ici, je vois donc une invitation à travailler sur le sens du chez soi, sur le caractère sain du foyer, du lieu de vie. Effectivement, hier des troubles ont fait irruption dans mon lieu de vie, perturbant mon travail, mes humeurs etc. Je dois veiller à garder des frontières claires à certains endroits ou à certains moments.