Valiel

by

Qu’est-ce que la dévotion ?

No comments yet

Catégories: Voie des Dieux

J’inaugure avec cet article la difficile transition qui me mènera vers la réalisation d’un seul site central « Sur le Seuil », pour accueillir non seulement les activités tarot, mais aussi les dossiers païens, créatifs, et potentiellement anglophones. Je m’excuse d’avance de proposer un site non fini, mais la réalisation de la nouvelle architecture est très technique, et pas du tout terminée. En tout cas, voici le premier article païen sur ce site.

Ouverture

Avec ce post, j’effectue ici une transition entre la sphère Instagram, où pas mal de choses arrivent dans des stories éphémères ou épinglées, et une sphère plus durable, que je préfère situer sur les blogs. Ma consoeur Phro Nesis (NoxLux) a ouvert une série de question sur la dévotion, et pour moi cela méritait d’avoir plus d’espace pour y réfléchir. Voici en guide d’introduction ce qui lui a été demandé :

« Comment sait-on si on doit se dévouer à une divinité ? »

Extrait de la réponse de Nox : « tu peux tout à fait passer une vie heureuse de païenne sans jamais servir un dieu ou une déesse. La voie de la dévotion, c’est spécial et ça demande un engagement profond. »

A la lecture des échanges qui ont eu lieu, je me demande s’il n’y a pas une confusion parmi les nouveaux païens. Je crois qu’encore et toujours cela nous ramène vers les questions fondamentales que j’ai exposées dans l’article sur le travail sombre : avez-vous une spiritualité ou une religion ? quelle différence ? Comment les concevez-vous par rapport à ce que peut vous donner un dictionnaire et une encyclopédie ? Qu’est-ce que vous cherchez en étant païen, quel est votre but ?

Rappel de positionnement : comme je pars d’un prisme polythéiste strict (hard polytheist), forcément, pour moi la dévotion est fondamentale, et je ne vois pas comment le paganisme peut être autre chose que « dévotionnel », même si techniquement je peux imaginer qu’il existe cette option. Mais revenons-en à nos moutons.

Qu’est-ce que la dévotion ?

Si l’on reste très simpliste et terre à terre, la dévotion peut recouper deux choses : elle est à la fois une forme de ressenti intérieure (pieux / religieux) et une pratique. Dans le premier cas, il s’agit de la dévotion comme « attachement » (synonyme de piété). Nous ressentons un attachement et du respect envers des Entités (divinités). En français, on pense souvent à l’expression « piété filiale » pour illustrer ce point. Dans le second cas, au-delà du sentiment intérieur, il s’agit bien d’actions : la dévotion correspond le plus souvent à un acte de déploiement religieux. Dans le christianisme, on participe (par exemple) des messes et à divers rites religieux (culte public). Mais l’on peut aussi avoir un culte privé chez soi (un autel sur une table de nuit, des prières avant le repas, le coucher, etc). Les païens ont l’embarras du choix pour leur culte privé, sur la définition du terme « offrande », etc.

Pour moi, le paganisme est bien cela : la reconnaissance d’Entités extérieures à soi-même, envers lesquelles nous ressentons un attachement intérieur puissant, qui nous pousse à ne pas juste reconnaître leur existence mais à les honorer. Comme j’ai peur de n’être pas assez claire, je vais me répéter beaucoup : il s’agit bel et bien de mon prisme personnel polythéiste (donc une forme de biais), et pas d’une définition unique du paganisme. Je conçois le et mon paganisme comme fondamentalement religieux. Je reconnais et je vénère des Divinités.

[Note 1 : comme dictionnaires en ligne rigoureux (et gratuits), je vous recommande le Centre National de Ressources Textuelles et Lexicales (CNRTL), et on trouve également le Littré en ligne.]

Se dévouer ou non ?

J’ai l’impression que la question posée par cet.te inconnu.e révèle un flou sur la définition de base, c’est pour cela que j’y reviens. Il ou elle n’est d’ailleurs par le/la seul.e puisqu’une autre personne a posé une question qui a les mêmes implicites : « Comment est-on choisi par un Dieu ?  Ou comment la dévotion se présente à nous ? »

Pour moi (selon mon prisme restreint), à cause de ce que je viens juste d’expliquer au-dessus, tout païen est forcément dévoué aux divinités, parce qu’il les reconnaît, et ressent ce sentiment interne. Je sais bien que al mise en pratique d’une routine de pratique dévotionnelle n’est pas évidente à mettre en place, certain.e.s n’y arrivent pas, mais c’est souvent le but. Il n’y a aucune nécessité d’en faire « plus », d’aller se « dédier » particulièrement à une divinité pour être païen. Dans cette question, je vois un mélange entre le terme dévotion, et l’expression « être à la dévotion de » ou « être dédié à ». C’est uniquement dans le second cas qu’émerge la notion de service. Êtes-vous là pour simplement développer votre vie en tant que païen dans le monde ? Ou êtes-vous là pour offrir des services aux divinités ?

Évidemment, ce sont des simplifications, car chaque mot possède différents degrés de signification. La piété peut contenir l’idée d’attachement aux pratiques religieuses, et cela peut ressembler donc à une « dévotion servile ». Je crois que c’est le placement d’intention qui fait la différence. On a le droit d’être un fervent dévot, d’être attaché aux pratiques religieuses, sans pour autant être au service. On le fait pour soi, parce que notre sentiment d’affection/respect déborde, mais on ne le fait pas forcément pour servir.

Personne ne « doit » rien à l’origine. Chacun fait son chemin, selon ses besoins et envies. Après, selon que vous êtes plus ou moins sensibles, plus ou moins polythéistes (les divinités sont « réelles », externes et avec une volonté), vous pouvez ressentir un besoin qui vient de l’extérieur de vous. Mais tout cela se nuance et s’étudie. C’est un autre tiroir que l’on pourrait ouvrir sur le sujet des perceptions extra-sensorielles dans le paganisme (qui a eu lieu à l’époque dans la sphère anglophone notamment avec les débats sur « lay pagan » ou « blind pagan« ). Tout le monde n’entend pas, ne voit pas, etc., les Dieux dans la vie courante. Est-ce nécessaire pour être païen ? Bien sûr que non.

Je pense qu’il est intéressant de rappeler ainsi qu’une divinité peut avoir un rôle particulier dans votre cheminement ou dans vos croyances, mais que ça n’est pas obligatoire. L’idée de se dévouer / dédier à une divinité est plutôt à rapprocher des concepts de « divinité patronne » (très à la mode en 2010) ou « tutélaire » (moins chargé). Cependant, ici on ouvre encore un très vaste débat, attenant à la dévotion, mais qui doit être tenu pour lui-même.

Aller chercher des ressources

En réfléchissant sur les stories de Nox, pas mal de souvenirs me sont remontés en tête. Je ressens une forme de perplexité face au gouffre qui sépare les païen.nes en ligne de 2010 et celles et ceux d’aujourd’hui. Ces questions avaient été largement explorées par la communauté sur les blogs, forums, listes de diffusion etc. Comment se fait-il que l’on redécouvre ces questions aujourd’hui comme si elles n’avaient jamais été posées ? Cela m’intrigue, me perplexifie même souvent, face à la pérennité des informations et des supports. On pouvait trouver plein de choses en ligne gratuitement, sans avoir à acheter des livres. On trouvait des témoignages variés, pour avoir différents prismes. J’ai l’impression qu’une partie des ressources sur la dévotion païenne s’est perdue avec les années, et que les personnes qui arrivent à la sorcellerie, la wicca, le paganisme aujourd’hui ne pensent plus à aller chercher sur les supports spécifiques employés pour débattre il y a 10 ans : les blogs. Ou alors elles sont introuvables ?

A titre d’exemple, autour de 2010 avait été lancé depuis la sphère anglophone le « Pagan Blog Project » : chaque semaine ou chaque mois une lettre, je ne sais plus. A chacun de choisir un terme qui lui plaisait. Et souvent, les gens se répondaient par blog interposé autour de la même lettre ou du même concept, c’était assez extra. Je pense qu’on a dû avoir moult « D is for Devotion » et définir chacun à sa façon la dévotion. Mais je ne crois pas avoir gardé les liens de tous les posts que j’ai lus. (Malheureusement, le site qui centralisait les thèmes, les années, les posts, a été supprimé depuis.) Chose importante, ce challenge avait été importé dans la pagano-sphère française, et je pense qu’il serait possible de réaliser une recherche pour déterrer tout ça. Le seul exemple dont je me rappelle est celui du Cairn : voyez ici l’article sur la dévotion. Voyez également son article sur les divinités patronnes ou non.

Je m’interroge sur la possibilité de retisser du lien entre deux mondes qui sont pourtant tous les deux virtuels, et qui devraient pouvoir se toucher. Notez également que cet article aura vocation à être complété avec le temps, c’est uniquement un premier pavé lancé dans la marre.

by

Tirage de l’Ombre de Sam Guay

No comments yet

Catégories: Banque de tirages

Traduction du tirage de Sam Guay d’inspiration jungienne, avec son autorisation (lien en dessous).


Page originale où vous pouvez trouver la photo du carnet en grand format.

Tirage original :

1. The Shadow; what I’m avoiding/repressing/denying.
2. Who was I that I no longer am?
3. What skin must still be shed because it is untrue?
4. How has my shadow been affecting me / my relationship with myself?
5. How has it affected my relationship with others?
6. How can I engage with and integrate this shadow?
7. Why does this shadow have such power over me?
8. What is the benefit of me following this advice?
9. What’s holding me back?
10. When my shadow is transformed/integrated who will I be?

Traduction proposée :

1. L’Ombre: ce que j’évite, refoule ou nie.
2. La personne que j’étais mais que je ne suis plus.
3. Quelle peau doit être éliminée (mue) parce qu’elle est fausse ?
4. Comment est-ce que mon ombre m’a affecté / a affecté la relation que j’ai avec moi-même ?
5. Comment est-ce qu’elle a affecté ma relation avec les autres ?
6. Comment puis-je coopérer avec cette ombre puis l’intégrer ?
7. Pourquoi est-ce que cette ombre a autant de pouvoir sur moi ?
8. Quel avantage si je suis ce conseil ?
9. Qu’est-ce qui me retient ?
10. Lorsque mon ombre aura été transformé/intégré, quelle personne serai-je ?

 

by

Exercice de lecture intuitive rapide, exemple avec le True Black Tarot

No comments yet

Catégories: Exercices d'interprétation, Tirage de la semaine, True Black Tarot

**English Summary: below is a interpretation exercise to practice when your confidence is blocked, along with an example using the True Black Tarot **

Type d’exercice et objectif

Parfois, quand je bloque avec un jeu, ou que je bloque les résultats parce que je n’arrive pas à me faire confiance, j’essaie de pratiquer un exercice très basique de façon répétée : pour couper le mental et ses doutes ou ses critiques, je fais des tirages très courts (2 cartes, 3 max), et « le plus vite possible » pour ne pas avoir le temps de réfléchir. J’établis à l’avance une question précise, ici pas de « guidance » libre, afin que je puisse directement relier les éléments visuels à une réponse. Donc je pose ma question, je mélange, je me concentre, puis je retourne deux cartes, et « paf », je dois donner une interprétation immédiatement. Je dois formuler des phrases ou comme une micro histoire à partir de ces cartes, les relier, donner un sens, uniquement visuel et sans réfléchir.

Question : donne-moi un aperçu ou un conseil sur ma semaine à venir.

Notez ici que je n’ai pas respecté ma propre consigne autant que possible, puisque j’ai une alternative dans ma question (« ou ») qui ouvre les possibilités au lieu d’avoir un seul élément de recherche.

Lecture intuitive

Bon, ok je vois : 

Ça va vraiment être une épreuve  insupportable à en crever (le 9 d’épées), mais visiblement, j’ai quand même la possibilité de réaliser une pirouette acrobatique et de me raccrocher aux branches pour m’en sortir (le page de pentacles).

Et c’est tout ! Le résultat n’a pas besoin d’être grandiloquent. Par définition, c’est une lecture rapide, donc pas approfondie ; il s’agit vraiment de formuler deux trois phrases simples avec les carte, en réussissant à répondre à la question (Notez que certaines « écoles » appellent cela faire du « story-telling »). L’objectif est de ne pas bloquer la créativité, de produire une lecture (construction de sens) qui me fasse repartir avec une réponse immédiatement accessible.

Ce type de lecture fait intervenir uniquement le décryptage du visuel et ce qu’il m’évoque (intuition) et pas le savoir érudit sur les symboles de la carte (tradition, cartomancie). Une fois l’exercice terminé cependant, si je le souhaite je peux y ajouter des grilles de lecture successives. Je peux observer que l’épreuve sera surtout mentale et intellectuelle (épées). Tandis que la pirouette elle sera très concrète (pentacle/deniers), soit sur le plan matériel (des objets) soit sur le plan physique (santé) par exemple.

by

« Surfer sur la vague », accompagner ses émotions

No comments yet

Catégories: Banque de tirages

Auteure du tirage : Emerald Lotus.

Quelques mots de ma part :

Un tirage magnifique qui peut servir dans de nombreuses situations très vives : attaque de panique et anxiété, sentiments dépressifs, sentiments suicidaires, trac sur scène, émotions de deuil, … Il fait partie du « véritable » (pour moi) tarot dit « tarot psychologique », qui consiste littéralement à accompagner le travail psychologique intérieur. Je ne pouvais pas passer l’occasion de vous donner un si bel outil. Et j’espère en apporter d’autres par l’avenir.

Notez le choix de formulation du titre, qui contient un rappel psychologique essentiel : une émotion ne se « gère » pas. Elle se ressent, se reconnaît et s’accompagne. Mais on ne contrôle pas une émotion.

 Traduction que je propose :

1. Décris la vague qui me concerne actuellement.
2. Comment puis-je éviter que cette émotion ne me consume ?
3. Que se passerait-t-il si je m’abandonnais à cette vague d’émotion ?
4. Comment puis-je chevaucher cette vague de façon sécurisée ?
5. Comment puis être plus confortable avec mes émotions dans l’avenir ?

Voilà. N’hésitez pas à nous faire part de vos expériences si vous utilisez ce tirage.

by

Oracle de Mercure, Je suis un vase

5 comments

Catégories: Exercices d'interprétation, Méditations

(post original)

Je suis le vase.

Je suis un vase très rempli que chacun vibration secoue et remue de fond en comble. Je suis un vase sensible, sensible, si sensible… Fragile ? Peut-être, peut-être pas. Je suis prête à déborder, mais je suis riche de mon contenu. Ma sensibilité est une force aussi. Sensibilité qui transpire, goutte à goutte. Sensibilité qui s’écoule, comme un petit ruisseau. Ou sensibilité qui dévale comme un torrent prêt à tout emporter. Mes émotions m’habitent mais elles doivent être plutôt qu’être réprimées. D’ailleurs, au contact de la paroi, elles tâtent, elles auscultent ce qui me contient. Elles sont dans le corps et pas juste dans le cœur. Cette marée qui flue et reflue, est aussi bien prête à se répandre en moi qu’à l’extérieur de moi, qu’à toucher l’autre, qu’à se mélanger. De ce mélange je me transforme, et je transmute, et je résonne, je me répands en vibration. De ce contact je touche, je palpe, je capte. Émotion et intuition, les deux faces d’une même pièce.

Un peu de calme et de silence aujourd’hui, pour le contenant que je suis. Limitons les ridules.

Pour celles et ceux qui ont suivi le dernier post, vous remarquerez qu’à nouveau, Freyja n’est pas très loin.

Deck: l’Oracle de Mercure, par Alcide Nathanael. Ma déception de l’année. J’avais d’énormes espérances pour ce jeu. J’ai attendu 3/4 mois après sa sortie pour prendre du recul, pour éviter de trop me faire influencer par des personnes extérieures, et malgré ça, je suis tombée de haut.

1 2 3 4 5 18 19