Voici une traduction d’Asali Earth Work, réalisée avec son accord (cliquez sur le lien pour voir le post en langue originale).

Traduction du mot de l’autrice : “C’est une période assez mouvementée pour de nombreuses raisons, et l’un des réconforts que l’on peut créer pour soi-même est la structure. Une structure radicale, dont le rôle n’est pas de nous mettre la pression mais de nous tirer vers le haut, de créer de l’espace, de sécuriser des limites saines, et d’encourager la circulation (le flux). Cet étalement est un guide pour accéder à plus de structure dans nos vies, en tant que rituel sacré auquel nous participons dans le but de mieux prendre soin de nous et de notre communauté. Le rituel, et non la rigidité, représente le moyen dont nous pouvons construire des structures de soutien. A quels moyens pouvez-vous penser pour commencer à travailler à la guérison de votre relation à la structure aujourd’hui ? Si vous avez besoin d’inspiration, je vous encourage à essayer cet étalement et à passer du temps avec la Nouvelle Lune pour poser des intentions pour ce nouveau cycle.”

Traduction de l’étalement :

  1. Quelle est ma relation à la structure ?
  2. Comment puis-je transformer la structure en rituel qui crée de l’espace pour la circulation (le flux, le mouvement) ?
  3. Qu’est-ce qui a besoin d’être éliminé (voire purifié) pour mettre en place une structure de soutien ?
  4. Qu’est-ce qui doit être invité pour construire une structure de soutien ?
  5. Comment est-ce que je maintiens des limites qui me permettent de transformer la structure en un rituel sacré de self-care ?
  6. Quelle action puis-je entreprendre maintenant pour m’investir dans ce travail ?

Je tiens à préciser que je n’ai pas forcément la meilleure disposition mentale en ce moment pour effectuer des traductions un peu technique. Ce tirage n’a l’air de rien mais il fait intervenir un principe abstrait (structure) et un concept complexe (self-care) que je trouve assez difficile à rendre transparent en français. J’ai fait de mon mieux pour que l’on comprenne où l’autrice veut en venir, mais cela pourrait être amélioré je pense.