Introduction d’un nouveau projet

Aujourd’hui c’est avec excitation que je publie une nouvelle série qui initie un nouvel axe de mes écrits et de mon travail en ligne. Tout comme je le souhaitais depuis longtemps, il lie l’écriture, le tarot, et le polythéisme / animisme. Il vous donne des clés et des exercices, dans un format spécifique que je vais détailler plus bas (et je suis toujours à la recherche d’un titre d’ailleurs, si vous avez des idées « méditation à thème » c’est vraiment plus pour être explicite, mais c’est très plat et pas spécifique du tout).

Avec cette série, je souhaite non pas proposer des choses théoriques et analytiques, mais le résultat d’un travail pratique avec les cartes et le monde spirituel. Quelque chose qui soit dans le ressenti avec les cartes et qui le prolonge ; les cartes m’offrent un support, mais le contenu dépasse ce simple cadre. Pour ceux qui ne me connaissent pas depuis longtemps, voici en quoi cela change de ce que j’ai fait par le passé. Il y a plusieurs années, j’avais réalisé deux types de travaux créatifs sur carte distincts : présenter des analyses de lame appliquées à un contexte de tirage ; et proposer des méditations sur carte, du « free writing » poétique à partir de lames d’oracle (notamment parce que le livret du Féminitude qui me semblait à côté de la plaque). Ici, c’est vraiment une nouvelle approche : il s’agit bien d’un travail d’écriture à partir des cartes, mais au lieu de simplement proposer une interprétation libre de la carte pour elle-même, dans un contexte de tirage ou poétique, je voudrais inscrire les cartes dans un contexte beaucoup plus vaste : insérer la méditation sur les cartes dans un contexte à thème, et axer le contenu spécifiquement sur du travail spirituel.

Par ailleurs, l’entreprise est double, car il ne s’agit pas simplement de livrer un article à lire. J’ai vraiment voulu concevoir un format de lecture et de travail spécifique. De mon côté c’est un travail de méditation et d’écriture, c’est-à-dire soit d’inspiration (poétique, littéraire, tarotique), soit de canalisation spirituelle (en rapport avec le polythéisme et l’animisme) ; d’ailleurs il y aura peut-être toujours aussi un peu des deux. Une fois le résultat atteint (le texte de méditation rédigé), le but est de vous proposer des clés pour travailler votre cheminement, votre spiritualité, votre pratique avec les cartes.

Bien évidemment, je n’ai aucune idée de quand j’aurais le temps de réaliser sur le prochain volet, car comme vous le devinez, c’est projet extrêmement long. Je m’en suis rendue compte en le faisant, les petits écrous rentrent les uns dans les autres, tout se met en place : il en résulte que c’est le travail le plus conséquent que j’ai fait jusqu’ici ! Cela demande un investissement énorme. D’une part, il s’agit bien de travail de méditation et de création, à partir de zéro, là où si les analyses et reviews peuvent être très longues, elles sont néanmoins réalisées à partir d’un support. Je travaille sur moi, pour moi, avec et sans les cartes, sur un thème, ensuite je restitue mon travail intérieur, mes méditations dans un texte.

Mais ensuite, d’autre part, j’approfondis le projet en vous proposant des outils de travail à partir du texte. Je vous donne des clés de pratique avec ce contenu. Factuellement on se retrouve face à un texte qui va dépasser les 3000 mots, qui sera accompagné de plusieurs images, mais aussi d’un protocole de travail, ainsi que de tirages exclusifs (à la fois rédigés et illustrés). Il faut méditer, rédiger, illustrer, puis mettre en page, et créer des outils spécifiques (questions de méditation, tirages spécifiques).

Je suis heureuse d’en arriver là. Ici on n’assiste donc à un véritable accouchement dans mon travail créatif, qui le lies des domaines qui me sont chers, et pour atteindre à la fois cette forme nouvelle, cette quantité et ce type de contenus. Ce premier volet sur l’Automne a pris probablement deux mois complets à être réalisé entièrement, or je n’ai toujours pas fini, puisqu’il reste la réalisation des tirages (en cours ; j’en ai déjà deux, et j’ai potentiellement de quoi créer encore 3 tirages supplémentaires), mais aussi toute la partie illustration des tirages, et éventuellement… la mise en page dans un pdf.

Car oui, ce projet approche d’une forme qui me ressemble plus : l’écriture longue. Il va se prêter à être extrait du site pour être accessible sur ordinateur (ou tablette, voire téléphone) en dehors d’internet et dans vos foyers. Il va se prêter à être mis en « feuillets », en livrets, voire en livre au bout du compte. Et donc, on s’approche de plus en plus d’un travail qui demande contrepartie. Ce que je visualise actuellement, c’est que les méditations pourraient être publiées ici. Mais, comme j’espère l’avoir clarifié plus haut, il ne s’agit que de la première partie du format : il reste un protocole de travail (il sera peut-être le même à chaque fois, mais pas forcément), ainsi que les tirages d’application de la méditation (peut-être que je n’en aurais que 2, mais si on monte à 5 ou 6 tirages, cela va beaucoup plus loin). Tout cela sera rassemblé dans des pdfs, qui seront accessibles sur Patreon. Je dois encore terminer le travail, mais aussi réfléchir à un nouveau tier, donc réfléchir à un prix, et à la contrepartie exigée. (Car certains ne seront peut-être pas intéressés par les contenus d’écriture disponibles sur Patreon, et seulement par le pdf, mais d’autres voudront peut-être les deux)

Les Portes de l’Automne

Rendons à César ce qui est à César, je dois remercier infiniment La Fille des Saisons qui a été le véritable déclencheur de ce projet. De façon totalement involontaire et imprévisible ! En effet, elle avait lancé un petit « challenge » créatif pour octobre sur Instagram, avec pour titre « Folktober », et son thème d’ouverture était : « Les Portes de l’Automne ». C’est ce thème qui m’a inspirée, qui s’est aligné avec mon travail spirituel et d’écriture du moment, et ensuite… la sauce a pris.

Comme pour de nombreuses personnes, l’Automne est ma saison préférée ; après tout beaucoup de mes initiations ont eu lieu à cette période, et beaucoup de mes projets sont nés en cette saison. J’ai été surprise de réagir aussi fort au thème de la Fille des Saisons, mais au final…. C’était naïf de ma part. Je remarque, chaque année, que quelque chose se passe à ce moment pour moi, toujours. L’an passé j’avais fermé ma boutique Etsy qui était pourtant quelque chose d’important pour moi, et aussi une offrande à ma divinité principale (Morrigan). J’avais senti de nouveaux flux et une nouvelle façon de travailler pour moi : je me suis ouvert aux autres, je suis allée discuter en profondeur avec d’autres auteur.e.s, j’ai cherché des collaborations, etc. Le cheminement m’a menée vers de nouveaux horizons, groupes, et façons de travailler. Cet été, cela a abouti dans la création d’un Patreon pour approfondir écriture et création, chercher une nouvelle forme de financement. Et cet automne, me voilà partie dans une nouvelle direction qui a demandé un an de gestation.

Revenons à nos moutons, et au défi de la Fille des Saisons. J’aimais bien l’idée de réaliser un défi créatif un peu large, un peu moins contraignant qu’un inktober, surtout que je suis très loin de mes crayons depuis des longs mois. Je me suis demandé ce que je pourrais créer d’autre qu’un dessin, et je me sentais un peu « coincée », jusqu’à ce que je considère que je pourrais peut-être écrire quelque chose. Ensuite j’ai regardé mon compte (Instagram), j’ai regardé mes photos, mes cartes… et cela m’est apparu comme évident. Ecriture et tarot ? Quoi de plus logique pour moi ? Ecriture spirituelle sur la notion de Porte, en la saison d’automne ? On nage en plein dans le Seuil, la liminalité, … plusieurs des composantes majeures de mon cheminement. Alors c’est parti, passons les Portes ensemble.

Quel outil pour passer les Portes ?

Quand vient l’Automne, la grande majorité du temps, la communauté tarot (païenne) se demande quels jeux elle va bien pouvoir utiliser. Il est devenu de rigueur d’adopter des jeux spécifiques selon les saisons. Pour ma part, je dégage des axes et des sections temporelles beaucoup plus précises que les simples saisons dans mes pratiques, mais c’est encore une autre histoire qui demanderait un trop long détour. En tout cas, quand vient l’automne, comme pour tout le monde, autant sur le plan personnel que spirituel il se passe des choses. D’un côté, on change de temps (météo), et même, plus tard, on change d’horaires (temps), et surtout, on change de luminosité, de couleurs, d’ambiance… il y a des choses en dehors de soi qui demandent que l’on fasse quelques ajustements à l’intérieur de soi. Le présent s’impose dans sa matérialité, ainsi que ses effets sur le corps et la psyché. De l’autre, le passé resurgit : j’ai certains souvenirs, certains appels, qui me reviennent en mémoire, au fur et à mesure que la « Roue » se répète, d’année en année, comme une spirale interminable. Dans ce cercle brisé, on ne tourne pas en rond ; la superposition est correcte, et pourtant toujours légèrement décalée, pour que le cercle ne se referme pas ; le mouvement va vers l’avant, vers le nouveau, il continue, perpétuellement. Je vois, je sens, et en tant que polythéiste le tarot peut être un grand outil pour marquer les seuils, pour visualiser des processus internes et externes, pour aider à mettre en en conscience et en mots, et aussi pour procéder à des réajustements, des alignements, etc.

Quel jeu ai-je utilisé pour passer le seuil cette année ? Et bien le « hasard » a fait les choses comme il l’a entendu. En fin d’été, une question spécifique m’a été posée par un lecteur, sur le jeu du Tarot de Merlin (R.J. Stewart). Comme je m’y attendais, j’ai été incapable de répondre à ses désirs (à savoir quelle était la valeur arthurienne du jeu en question) de façon « simple » ou concise. Pour moi, il a été tout de suite nécessaire de faire des liens, et je me suis saisie des 2 autres jeux essentiels que je possède sur le sujet. En conclusion, là où je vais plutôt déconseiller le Tarot de Merlin, le Tarot Arthurien (Matthews), lui, est beaucoup plus intéressant et touffu. J’avais pas mal travaillé en « guidance polythéiste » avec lui dans le passé, et lors de mon travail avec la Terre en raison de ses arcanes mineurs qui représentent des paysages. La vidéo que j’avais faite pour expliquer tout ça (perdue par la suite) a fait remonter à ma mémoire des impressions très fortes, souvenirs de sensations physiques et énergétiques au contact du jeu. Du coup, alors que je pensais juste sortir des jeux du placard pour une durée ponctuelle, j’ai eu envie de le laisser sorti et de travailler avec dans sa version originale complète : The Complete Arthurian Tarot : Classic Deck With Coursebook. Je l’avais saisi au vol pendant des mois très chargé l’an passé, lorsque j’avais trouvé une promotion défiant toute concurrence, mais du coup j’avais dû le laisser totalement de côté sans possibilité de l’étudier.

Ai-je besoin de rappeler au public qui me lit pourquoi la légende arthurienne fait sens pour la saison d’Automne ? Pour ceux qui ne connaitraient pas le paganisme, ou la légende arthurienne (ce qui m’étonnerait), le lien le plus évident entre les deux est la brume : avec l’humidité qui revient en cette saison, qui monte des cours d’eau ou des champs, nous avons un rappel proprement tangible de la brume anglaise mythique qui entoure les landes d’Avalon. Le brouillard automnal c’est pour nous le retour palpable d’une magie cachée, d’une magie de seuil, naturelle et mystique. C’est la possibilité d’ouvrir des portes, de dresser des ponts, de traverser vers l’Autre Monde.

En prenant le Arthurian Tarot dans l’idée d’écrire cette méditation à thème, je me disais que peut-être je me trompais, que peut-être je ne trouverais pas vraiment ce que je cherchais. Naïveté ? Ou esprit perfectionniste plutôt, qui a tendance à beaucoup minimiser… Tout comme le jeu m’était revenu naturellement entre les mains à cette période, lorsque j’ai pris les cartes et ouvert le livre pour voir où me situer à la saison d’automne, tout s’est aligné normalement. La deuxième moitié du livre est un « workbook » qui propose de travailler intégralement avec chacune des cartes du jeu, et qui, étant donné le parcours des auteurs, est en fait aligné sur la « Roue païenne ». Tout comme le proposent (ou rappellent) les auteurs, au moment d’étudier le jeu selon leur méthode, il est possible, voire de bon ton, de commencer non pas par le début du chapitre, mais par la section qui correspond à la saison dans laquelle on se trouve. En me référant donc au calendrier proposé à la fin du livre, en allant voir du côté de l’Equinoxe, j’ai vu alors que je me trouvais exactement en plein dans un travail de Graal (les coupes ici), qui fait écho aux symboliques druidiques de l’Equinoxe (Mabon) : la descente dans le chaudron… Souvenirs personnels de lecture de blogs de la « période dorée », de voix familières entendues préparer des rituels druidiques ; couches de sens, couches de son, couches de vibrations…

Passer les Portes avec le Tarot Arthurien

Une fois le choix arrêté et confirmé, j’ai pris mon jeu en mains : quelles cartes choisir pour le thème retenu ? J’ai hésité entre reprendre l’intégralité du jeu et faire ma propre sélection, ou bien uniquement la suite de Graal qui m’était donnée pour la période. Au départ, j’avais envie de refléter la grande spécificité du jeu, l’ambiance de ses mineurs qui nous font parcourir la Terre, et donc d’avoir un panel plus large. Mais lorsque j’ai regardé comment les cartes étaient regroupées par date… C’était trop parfait pour être ignoré : les deux cartes qui me parlaient le plus étaient regroupées ensembles pour clôturer la série (en correspondance avec Samhain en plus) : la Reine de Graal et le 6 de Graal. La Reine propose une carte avec une figure humaine remplie de fort symbolisme, tandis que le 6 offre un morceau de paysage naturel sans âme qui vive, avec un symbolisme répondant parfaitement à celui de la Reine pour moi (et qui représente en lui-même une Porte, qui plus est).

La Reine de Graal

Pas tout à fait encapuchonnée, mais emmitouflée dans sa cape lourde retenue par des (fibules), je renifle l’odeur de Souveraineté sur cette carte. De part la majuscule, j’indique que je me réfère au concept de Souveraineté celte irlandaise, et non simplement au fait que cette femme occupe la fonction de Reine. Dressée dans une grotte, face non pas vers l’ouverture mais vers l’intérieur, je ressens ce mouvement précieux de repli lié à la période. Son regard est tourné vers les profondeurs, il sonde… Elle me regarde, est-ce moi qui suis au fond de la Grotte ? Les personnes qui me connaissent, ou qui me suivent depuis longtemps, pourront faire ce lien qui m’est tout personnel : cette année, j’ai fêté les 9 ans du site dévotionnel à la Morrigan. Il s’appelle « l’Antre de Morrigan », l’antre faisant écho à la grotte dans laquelle je suis descendue en septembre 2009, et où je L’ai rencontrée pour la première fois… La Reine de Graal m’offre cet écho du passé, me fait ressentir cette torsion, ou pression, de la Roue qui repasse dans son sillon.

Sa bouche est fermée, elle est silencieuse. L’automne est une saison d’écoute… Après tout, rentrer dans la grotte c’est bien couper le harcèlement du vent et des vagues dans nos oreilles… Elle me tend une coupe remplie de sang, qui m’évoque d’autres coupes qui m’ont été tendues, ou que j’ai tendues, en vision, en méditation, en rituel. Je ressens l’Ombre qui me toise dans mon dos. Sa coupe déborde, est-ce un trop plein ? ou de la générosité ? L’essence de Vie déborde… et coule, coule, par de multiples sillons. Comment retenir la précieuse ? De qui la Vie s’échappe-t-elle ? Dois-je la laisser aller ? Où vont m’emmener les traces si je les suis ?

Fall
Listen
Swim back in the current
Follow the tracks
Look through the cracks

Le passé m’appelle encore ; je vois un rituel effectué dans une grotte prête à être engloutie par la mer. Et je La vois. The Mother. Assez incroyable, car le livre parle de l’archétype de la Mère, alors que je sens encore la Mer dans mes naseaux. Elle était là, face à moi. Nous œuvrons. Nos énergies se mêlent, et construisent. Mais j’avais besoin de l’Ombre au fond de la grotte, pas de celle qui se cache en pleine lumière sous le soleil plombant digne du désert. Ses débordements m’ont fait partir vers d’autres chemins, et je suis retournée vers la Souveraineté. L’amour peut déborder, l’excès peut étouffer… « My draught is boundless as the sea » m’indique le livret, ma gorge se serre. (“Ma goulée est aussi infinie que la mer »)

De quel côté du « The Path of Love » nous trouvons-nous ? Une Mère aime et nourrit ; elle ne rejette personne tant qu’il/elle est capable de servir nous dit le livret. Quelle est alors la Mère qui vous aime et que vous servez actuellement ? Votre service est-il réciproque, ou votre service a-t-il été acheté ? Qui vous inspire aujourd’hui sur votre chemin de foi ? Qui suivez-vous ? Qui servez-vous ? Suivez-vous par choix ? Ou vous êtes vous laissé aveuglé par la lumière de midi et le don d’amour apparent ?

Elaine, mère de Galahad, agit en gardienne de lignée nous dit-on (livre). Elle est à la fois la garante de la lignée ancestrale (liens du sang), et de la lignée spirituelle (lien de maître à élève). A l’automne, on se replie, on médite sur nos liens et nos héritages. Qui garde votre lignée ? paternelle ? maternelle ? Où vous placez-vous dans la chaîne ? Êtes-vous plutôt un récepteur de l’histoire familiale, ou plutôt un protecteur ? Avez-vous une (ou des) lignée(s) spirituelle(s) ? De qui avez-vous reçu les enseignements ? Qui sont vos maîtres à penser ? et à pratiquer ?

Le 6 de Graal

La raison pour laquelle j’avais retenu cette carte vous sera sûrement évidente : outre le fait que je voulais sélectionner un paysage, je cherchais une carte représentant une Porte, symbolique ou réelle. Quoi de mieux qu’un tumulus, les portes de nos ancêtres vers l’Autre Monde ? Le 6 de Graal nous présente une jonction de terre et d’eau, dans un motif qui nous propose encore une fois une cavité sombre. Nous sommes à l’extérieur cette fois-ci, cependant, on est invité à remonter le courant pour retourner à l’origine… Voyez-vous ce pendant miroir des travées de sang de la Reine de Graal ? Du courant de sang, et de temps, qu’il fallait remonter pour revenir à la source (nos ancêtres / maîtres) ? Ici point d’humain en vue, juste la matérialité pure. Mais il s’agit également d’une dernière demeure.

The 6 of Grail speaks: “I am the home of the ancestors, the place of deep memory. I will reconnect you with your roots and bring you the deep delight of recollection.” C’est-à-dire que le 6 de Graal nous dit : « Je suis la maison des ancêtres, le lieu de la mémoire profonde. Je vais vous reconnecter à vos racines et vous apporter le plaisir intense du souvenir. »

Waters from the deep.
Can you follow?
Don’t drawn
Don’t swallow
Too much.

Après avoir passé un premier seuil, où nous avons rencontré et passé la gardienne de la lignée, nous voici désormais face à un nouveau seuil, prêt à passer la Porte vers l’Autre Monde. Entrons dans l’antre du silence et du temps arrêté, remontons vers nos Ancêtres.

L’eau à nos pieds est vive et rafraîchissante. Elle nous ressource, elle nous nourrit de l’intérieur. L’âme se vivifie. Cependant, on nous met en garde, car abuser de l’eau des Ancêtres, c’est s’enfermer dans le passé, c’est rompre avec la Vie du présent. Certaines choses ont disparu pour une raison, ou n’auraient pas de raison de revenir dans un nouveau temps. Elles ne s’y adapteraient pas, elles ne seraient pas justes. Parfois, on a aussi besoin de construire du neuf, sans l’appui d’une tradition ou d’une lignée. Parfois on part de zéro, et c’est aussi bien. Qu’est-ce que l’on peut apprendre du passé, sans y accorder un excès d’importance ? Sans en devenir dépendant ? Une gorgée d’inspiration est bonne à prendre, elle renouvellera notre force et notre motivation. Mais il faut marcher avec son temps, vers l’avant. La Roue ne s’inversera pas, et elle ne se mordra jamais la queue…

Poursuivre la méditation dans votre cheminement

Ce texte est conçu comme un support de travail spirituel et possède des applications variées. Il est très dense, et dans ma tête il est nécessaire de s’appuyer d’un journal pour le travailler dans son entier. Vous pouvez l’intégrer à votre journal spirituel, votre journal de tirage, votre journal des ancêtres… selon votre goût. Il est vrai qu’il sera difficile de regrouper les questions dans un seul journal, vu que les thèmes sont variés (développement personnel, spirituel, ancestral…). Pour ma part, je les centralisais dans un journal de cheminement spirituel générique plutôt que dans un journal des ancêtres ou un journal de tirage, mais c’est un choix. Vous pourriez également choisir de prendre un journal (cahier) spécifique pour les méditations que je propose, mais comme je commence à peine, et que je ne sais pas quand arriveront les autres volets, je ne vous y encourage pas pour l’instant. Le papier a une dimension toute particulière et propre à la réflexion, mais bien sûr certaines personnes travail sur l’ordinateur, dans des documents. Ça fonctionne aussi comme « journal » de pratique.

Bien entendu, vous pouvez vous contenter de le lire le texte, et de passer à autre chose, mais voici le protocole que je préconise afin de travailler en profondeur. Certains voudront tout lire avant de se lancer, mais je recommande vraiment de suivre l’ordre des étapes, car il a pour objectif de faire d’abord travailler votre intériorité, votre réflexion, avant de les comparer à des éléments extérieurs (les clés que je vais vous proposer, après le protocole). Notez que cela vous encourage à un travail assez long, du coup il est probable que vous ne travailliez par entièrement tout ce qui est proposé, mais que vous deviez fractionner en plusieurs sessions (ex : sur quelques thèmes, et pas tous d’un coup).

Protocole de travail :

1) Commencez par le lire la méditation. Une seule fois ne sera peut-être pas suffisante, mais lisez l’étape suivante.

2) Notez dans votre journal de pratique tout ce qui retient votre attention, et tout ce que cela vous évoque. Commencez par procéder de mémoire, une fois la lecture du texte terminée, afin de voir ce qui vous a le plus marqué. Par la suite, vous pouvez relire le texte et recommencer cette étape autant de fois que vous voulez. (Panachage de étapes 1 et 2)

2) Ensuite, entrez dans une nouvelle étape d’observation-réflexion : reprenez le texte dans l’ordre, paragraphe par paragraphe, et notez la liste des mots-clés rassemblant tous les thèmes abordés. Une liste de mots clés vous sera fournie à la fin pour la comparer à la vôtre.

3) Aviez-vous traité tous ces thèmes dans votre « « flot de pensées » (brainstorming) ? (Étape 2). Recommencez-le à partir des mots clés manquants. Les méditations sont denses, je sais, il y a beaucoup de sous-thèmes, c’était le but).

4) Procédez ensuite à une mise en application interne. Quelles situations vécues est-ce que ces symboles et réflexions vous évoquent ? Avez-vous vécu dans votre vie personnelle, professionnelle, ou spirituelle quelque chose qui ressemble à ce qui est décrit dans le texte ? Vous aurez peut-être pensé à ces choses à l’étape 1. Si c’est le cas, vous pouvez passer à la suite. Mais si ça n’était pas le cas, prenez ici le temps d’y réfléchir.

5) Relevez dans la méditation des questions sur lesquelles vous pourriez méditer dans votre journal. Vous pouvez en faire une liste, la numéroter, et y répondre ensuite. Je vais vous proposer par la suite une sélection de questions.

6) Une fois cette introspection faite, utilisez des cartes pour poser ces questions, afin de mettre en relief vos réflexions, de les compléter, de les nuancer, voire même d’en révéler quelques angles morts.  Tirez, et notre dans un journal ce qui ressort, et comment vous l’interpréter.

7) Quelle différence entre ce que vous aviez répondu aux questions et ce que vous révèlent les cartes ? Voici un bilan supplémentaire qu’il est possible de noter dans votre journal après les tirages.

8) Y a-t-il des Divinités, des Esprits ou des Ancêtres que vous pourriez contacter après ces méditations ? La période et propice à la communication avec l’Autre Monde, cela serait une belle occasion de tenter un dialogue.

Liste des mots et thèmes clés de la méditation

Ce contenu ne sera disponible que dans la pdf qui sera accessible sur Patreon (pas de date encore). On est déjà à 8 pages word, sans les mots clés, dans les questions qui suivent, et sans les tirages et illustrations.

Liste de questions à travailler

Une liste qu’il faudrait que je traduise, mais cela sera très facile d’accès avec google traduction normalement. Ce sont des phrases simples (construction + vocabulaire). Une liste plus complete sera disponible dans le pdf.

Where is love absent in my life?
Where do I feel love is absent in my spiritual life?
What can I do to weave love in my relationships with Gods and Spirits?
Is the flow of love reciprocal?
Do I give? Do I receive?
What is blocking or hindering the flow of reciprocity?
What can I do to free / improve it?
Where in my life can you foster the waters of Life?
Is there room for the waters of creation in my Life?
How can I foster creativity in my life?
Sometimes I need to receive the waters, sometimes I need to create the stream.
Upon which foundations and ancestral influences do I draw?
What ancestral line do I connect to in my everyday life?


Tirages exclusifs à thème

Ils seront disponibles dans le pdf.

 

Conclusion

Voilà, cela vous donnera un excellent aperçu de ce que je souhaite développer à partir de maintenant. Vous comprendrez aisément l’ampleur du travail, et la nécessité pour moi de demander des contreparties. Notez que, comme d’habitude, il va me falloir également traduire l’entièreté du projet en anglais… Ce qui double le travail, comme toujours.  Voilà, j’espère tellement que cela vous plaira autant que cela m’a plu de l’écrire. N’hésitez pas à m’écrire, en commentaire ou par email. Si vous souhaitez en savoir plus, et avoir le dossier plus complet, je vous invite à nous rejoindre sur Patreon : le tier 1 dollar à accès à quelques rares éléments (notamment un tirage de Samhain très complet en 9 cartes), c’est le tier d’approfondissement à 3 dollars qui vous permet d’accéder à tout ce qui a été créé pour l’instant (liste des mots clés, protocoles, 5 tirages, une vidéo de présentation du projet…).