Archives du Mois : septembre 2019

by

Quelques tirages pour l’Equinoxe d’Automne

No comments yet

Catégories: Banque de tirages

Voici quelques références pour celles et ceux qui n’avaient pas eu le temps de chercher des tirages de saison.

Un tirage francophone de Gabriel de “La Voix des Cartes”

L’ancienne version du tirage avec une vidéo d’exemple est disponible ici.

English Translation :

Card 1, 2 & 3: What you need to let go of

Card 4, 5 & 6: How to move on

Card 7, 8 & 9: What needs to be fostered

.

Un tirage francophone d’En Suivant la Lune :

Appelé “le tirage de Perséphone”. Je vous conseille de vous rendre sur la page originale, elle explique pas mal de choses, et vous trouverez le lien vers une vidéo de tirage collectif. J’aurais tendance à dire que celui-ci n’est pas pour les âmes sensibles, il est super “cru” et vous renvoie dans la face l’essentiel sans filtre.

1. Ce que j’ai récolté pendant la saison claire
2. Que dois-je en faire ?
3. Que dois-je laisser mourir ?
4. Que puis-je semer ?
5. Quelles sont les choses que je refoule ?
6. Comment m’en libérer ?
7. Mes objectifs de la saison sombre

.

English Translation :

1. What did I harvest during the Light part of the Year?
2. What do I need to do with it?
3. What do I need to let go of and die?
4. What do I need to sow?
5. What things do I repress?
6. How can I free myself from them?
7. My goals for the Dark part of the Year.

.

Un tirage anglophone d’Escaping Stars :

Mon préféré je crois, plus “apaisé”.

Traduction proposée :

1. Comment est-ce que je peux équilibrer ma vie au mieux ?
2. Qu’est-ce que je peux faire entrer dans ma vie pour garder mon âme éveillée ?
3. Qu’est-ce que je dois laisser aller pour passer la transition de saison avec sérénité ?
4. Qu’est-ce qui va émerger avec l’avancement de la saison sombre ?
5. Quels messages ou leçons va m’apporter cette saison ?
6. Dans quel domaine est-ce que je peux continuer de grandir ?

.

 Tirage de l’Équilibre par HillBilly

1. Le soi lumineux
2. Forces
3. Désavantages
4. Le soi sombre
5. Forces
6. Désavantages
7. Comment sont-ils connectés ?
8. Dans quoi sont-ils enracinés ?

.

by

Working with the Luminous Void Tarot

No comments yet

Catégories: Cards & Seership

(L’article pour les francophones est sur le site)

This one is a deck I’ve had trouble working with, so I didn’t dare shoot or write a review about it. I’m trying to always bring something more beside the material observations about the deck when I do reviews, and I wasn’t sure I could for this one. So it stayed on the side. Today I’m getting out of my comfort zone (writing about things I’m sure and confident about) and trying this sort of review in a different, loose format.

(Official photo of the artist)

Artist:  Laura Zuspan (USA).
Editor : self-published after a kickstarter campaign.
Year: 1st edition in 2018, sold out, now called “the Collector’s Edition”; 2nd edition published this year, 2019, called the “Shuffle Edition” (smaller size).

What in This Deck Attracted Me?

This one has a special place in my collection – Something I wish to talk about in depth in a series called “The meaning of our Collection” begun in French on my website. What drives us to buy certain deck? For what reasons do we not buy them? Where to we draw the line? What is too many? Do we restrict ourselves to an amount per month? or per year? Or do we even restrict ourselves about the sum of our entire collection? (no more than 100? 150?)  Do we allow ourselves to buy certain decks we are not sure of? Do we allow ourselves to even buy decks that trouble even repel us, so as to understand why? A collection is multiple and complex, it’s a living thing to me. All those deep questions are fascinating, and I wish to talk more about it! But, now is not the time… anyway.

I discovered the Luminous Void Tarot way after its campaign, I think.  It immediately startled me, I couldn’t picture having seen anything like this before, not even the “Lefty Oracle Deck” I had found shortly before (I think), despite its naive aesthetic and its creative aspirations. Something, both graphic and energetic, was calling me more. It’s been more than 10 years now that I now I’m sold on watercolor and water techniques in general, this is what I prefer, where my heart lies. So it was understandable to me that I got something special for the Luminous Void. Also, from what I was seeing, the material quality of the deck looked exceptional. So I took the leap, daring that buy despite the expansive shipping costs (from the US to Europe, often preventing people from accessing those decks).

Even if I plan to expand on it in a proper article, to put in shortly, let’s just say that I have realized after many years that I have allowed myself to buy a portion of my decks not for divinatory or even psychological goals, but for a purely artistic one. When I bought it, I had not connection to its tarot meanings and applications. I was under the impression that it would rather come nourrish my energies and my creativity (drawing, painting, writing, creating). Those kinds of decks usually I rarely use with other people, they stay for my private use only. Even though I was curious of what it could deliver in tarot readings.

A Few Impressions on the Luminous Void

Here are some of the first things the Luminous Void Tarot makes me feel : reverie, softness, creativity and our Inner Child. Its blurry, watery illustrations painted on a pure white background give me the impression of looking at a dream unfolding, or apparitions of the mind or from a phantasmagoria. It speaks to me of our unconscious and our subconscious, those complex concepts and worlds. I also feel a dose of freedom, both due to the randomness and freedom of watercolor techniques (wet on wet) and the freedom that comes with naive art. At first when I got the deck, I felt it was easier to mediate with it than anything else. The cards are pretty big by the way, and I appreciated that feature by placing them on my bedside table or my shrines. That howI first started using the deck. On card at a time, exposed there in my environment for a very long period of time. It really took me a while to dare use it by seeking an answer to a question. I think I’ve done that only three times until now, which is really not much.

The art is  sometimes directly linked to the Rider Waite Smith tarot deck, and you can recognize elements from it. But other times I feel rather lost from the tarot universe, I feel stuck on the “surface”, in the universe of Laura and those cards, their energies. I’m sorry if this is unclear, it’s quite difficult to describe that feeling. I have come to think that this is not a deck for beginners, as it is not easy to use. But it might be completely biased, tied to the specificity of my experience: being too inspired and moved by the artist’s technique of choice and her personal style. I might be too absorbed by it, hence unable to go beyond this place to move to a tarot analysis practice. A few days ago, I decided to try the deck out again, to extract a message out of it. I thought I could write about it online, for not many people talk about this deck. It could also allow for a sort of snapshot of the personality of the deck – even though, of course, one card cannot sum up the whole.

The Knight of Cups

Let’s look at this Knight of cups, and how to me it moves apart from the traditional Rider Waite Smith (RWS).

For a start, the Knight is not a man in this picture, but a woman. Not that it is bad in itself (on the contrary), but I’m hinting at what splits from a pictorial and symbolical tradition. I wonder if the artist read much about Tarot before drawing, how she worked. Has she read somewhere that the Knight of Cups is the most feminine of all Knights, hence the woman? (Like Labyrinthos sums it for eg). Or is it some other reason?

Then, the cup is placed directly on her head, and not in her hands, which suppresses, for me, the symbolism of someone arriving or delivering a message.

Then, the mount here disappears… unless the dog is reminiscent of it? But the dog evokes to me a companion, not a means of travel, which is quite different. It is domesticity symbolised, close ties. It makes me feel some interior realm (house or self), not the exteriority of travel. It feels… intimate to me in this picture. By the way, the dog here is a mixture of red and brown, which is so far away from the purity of white in the traditional RWS.

The thing that remains from RWS, to me, is that utter sense of peace and slowness. But I can’t fathom to get that impression of something or someone arriving. I have a feeling of contact and almot intimate connection with another Being, and the warmth of the home and hearth. There is no sudden soul mate coming my way. Love feels more universal and complex, fraternal, filial, etc.

I wonder, what would you see in this Knight of Cups?

by

Impressions sur le Wooden Tarot après… 6 ans

No comments yet

Catégories: Présentations de jeux

Auteur : Andy Swartz
Illustrateur : Andy Swartz
Éditeur : autopublié grâce à Kickstarter (lien de la campagne)
Année : 2013
Langue : anglais
Type de jeu : Tarot ; seulement les 22 arcanes majeurs + les 4 as. => Je parle donc ici de première parution, édition collector limitée à 1000 exemplaires.
Prix : environ 23 euros à l’époque.
NB: Vous trouverez [ici] l’ancienne review réalisée sur mon premier blog.
.

[To read the following article in English: click here]

.

Depuis plusieurs mois je me suis mise à parcourir ma collection pour la purifier, quels jeux n’étaient plus du tout utilisés, pourraient l’être ou bien ne me correspondaient plus etc. J’ai du établir une liste d’une grosse dizaine de jeu (peut-être 15?). L’un a déjà été vendu, deux sont en liste de vente / troc, d’autres sont en réflexion, d’autres en attente… Il m’est revenu à l’idée de travailler avec le Wooden Tarot grâce à Cathou, car j’ai vu de beaux tirages réalisés avec, mais vraiment, en ressortant l’édition originale, quelque chose ne passe pas…

1°) La taille des cartes.

Elles sont vraiment immenses. Je n’ai pas la possibilité de vérifier au moment où j’écris, mais si je ne me trompe pas elles sont même plus grandes que les cartes des Druid Animal et Druid Plant Oracles, réputés dans le domaine comme étant le plus grands. Voyez la seconde photo avec une petite carte taille “poker” en comparaison (avec le White Fox Oracle). En conséquence, ce n’est donc pas un jeu facile à manipuler du tout, ni pour mélanger, ni pour étaler les cartes. Quand je me pose et que j’observe les cartes, j’ai plutôt l’impression d’avoir affaire à des cartes postales en réalité. Ou des petits tableaux portatifs que l’on peut contempler. Mais pas de cartes “à jouer” (ou à “diviner”). Il me semble me souvenir que dans le passé, quand j’ai essayé d’utiliser ce jeu, je ne piochais qu’une seule carte et je la laissais poser sur mon autel pour méditer. Ce n’était pas une pratique divinatoire.

2°) La qualité des images.

Ici, j’ai comme un petit doute, j’ai du mal à affirmer quelque chose fermement. Mais l’impression qui se dégage pour moi est que la qualité des fichiers image n’était pas très bonne en réalité. Ce n’est pas systématique, certaines cartes sont tout à fait correctes. Mais d’autres ont un côté… flou ? Comme un manque de piqué, comme un micro effet de pixels ? Six ans après avoir acheté ce jeu, et en avoir eu entre les mains tellement d’autres, y compris des jeux auto-édités, quand je reprends ce jeu-là il y a un fossé. Nous avons clairement été habitués à avoir de meilleurs scans, à ne pas laisser échapper une “erreur” à l’impression. Comme dit, certaines des majeures ont une impression nickel, d’autres par contre me donnent cette sensation de flou.

.

3°) Les bordures.

Esthétiquement, à l’époque j’étais peut-être moins difficile car ce choix était tout à fait courant : les bordures étaient souvent grosses et larges. D’ailleurs à mon avis, le phénomène “borderless” (sans bordure) est justement arrivé à cette période pour répondre à une envie commune de supprimer ces terribles bordures blanches, voire d’enlever tous les cadres qui entouraient les illustrations. En regardant la carte aujourd’hui par contre, je me rends donc bien compte que ces bordures blanches ne sont pas vraiment belles, et surtout, pas utiles. (On notera que l’artiste, dans son édition finale complète, a retiré tout cadre et toutes bordures.) Une fois de plus, 6 ans après cet achat, bientôt 8, j’ai vu passer tellement de jeux différents que j’ai développé des préférences, et peut-être même un “oeil”. On va beaucoup plus facilement et rapidement ce qui fonctionne ou pas avec une bordure. Je pense que sur ce jeu-là, ce choix des grandes bordures blanches n’était pas une bonne idée. A) Ca produit un effet figé, carte postale, qui entrave l’utilisation pratique du jeu. B) Ca dessert totalement le propos esthétique de la peinture sur bois, puisque l’oeil est totalement distrait par ce cadre. C) A titre personnel, j’ai l’impression que cela bloque l’énergie des symboles en présence et les empêche de s’exprimer.

En conclusion

Si je suis honnête avec moi-même, je ne devrais pas garder ce jeu. Je ne pense non seulement pas l’utiliser, mais il a perdu totalement sa valeur esthétique également. Il serait tellement plus logique, plus agréable, qu’il gagne un foyer qui lui fera un bel accueil et qui le mettre en pratique. Ce qui est délicat, et qui m’a retenue notamment jusqu’ici, c’est la valeur sentimentale de l’objet : cela doit être un des premiers (sinon LE premier) jeux indépendants que j’ai soutenus, et, surtout, mon nom est donc mentionné à l’intérieur du livret. Bien que cela soit devenu un classique des campagnes “crowdfunding” (y compris pour les vidéastes, podcasts etc), à l’époque c’était assez nouveau (je crois). Et je n’étais pas du tout sûre de savoir qu’Andy prendrait autant son envol à l’époque. J’avais vu sortir ce jeu un peu de nulle part, je ne pensais pas du tout qu’il irait au bout du projet complet.Pour moi c’était l’idée de soutenir un artiste matériellement et de l’aider à matérialiser son projet dans le monde. Comme dit, aujourd’hui c’est devenu monnaie courante, mais à l’époque ça l’était moins, et du coup je suis plus marquée par cette campagne-là, qui me donnait l’impression de lui donner sa chance, de lui permettre de poursuivre sa quête, de faire d’autres choses plus tard. Mais aujourd’hui, garder le jeu pour cette raison ne résonne plus, ça ne me semble pas “juste”.

.

La question qui demeure pour moi, c’est comment lui trouver un nouveau foyer ? Qui voudrait d’un jeu avec seulement les 22 majeures ? Est-ce que quelqu’un serait intéressée par ce format aux bordures blanches ? A cette première édition, alors qu’une nouvelle existe, plus complète et plus esthétique ?

.

by

Un nouveau tarot sur les chats

No comments yet

Catégories: Quoi de neuf dans le monde du tarot ?

La news du jour.

Pour celles et ceux qui aiment les animaux, MJ Cullane, la créatrice du Crow Tarot, après avoir réalisé avec succès sur Dog Tarot, vient de lancer une campagne kickstarter (à budget fixe, le jeu ne sera produit QUE si la campagne est complétée) pour le Grimalkin Tarot : un tarot sur les chats ! La campagne est déjà remplie de moitié, c’est prometteur pour elle.

Plus d’informations, une vidéo, des photos, sur la campagne : https://www.indiegogo.com/projects/grimalkin-tarot#/

by

Découvrir le Luminous Void Tarot

No comments yet

Catégories: Les jeux du moment, Présentations de jeux

[To read this article in English, go to my free Patreon Blog]

.

Voici un jeu dont je n’ai jamais parlé car je n’ai que très peu pratiqué avec lui, du coup je ne me sentais pas à l’aise pour en faire une review. J’aurais pu mentionner uniquement les aspects matériels du jeu… mais je ne le ressentais pas comme ça. J’essaie d’avoir toujours des impressions en plus à livrer dans mes reviews, et là je ne pouvais pas. Je reviens aujourd’hui pour partager quelques impressions sur un jeu que je n’ai croisé nulle part dans la sphère francophone. On en profite pour sortir de la zone de confort et tester un nouveau type d’article pour présenter des jeux !

(photo officielle)

Auteure / artiste : Laura Zuspan (USA).
Éditeur : autopublié après une campagne kickstarter.
Année : 1ere édition 2018, appelée désormais “Collector’s Edition” ; 2e édition 2019, appelée “Shuffle Edition”.

Qu’est-ce qui m’a attirée dans ce jeu ?

Il y possède une place particulière dans ma “collection” – ce qui me fait penser qu’il faudrait que je reprenne ce dossier-là aussi… pour expliquer pourquoi je mets toujours des guillemets à “collection”, et pour illustrer mes réflexions et analyses après toutes ces années. Damn, encore un truc à faire qui attend dans les cartons. x)  Qu’est-ce qui motive l’achat d’un jeu chez un praticien ? Qu’est-ce qui nous motive pour ne pas l’acheter ? Où se fixe-t-on une limite ? Un budget ? un nombre de jeux par mois ? un nombre de jeux total ? Est-ce qu’on se limite à un thème ? Est-ce qu’on essaie aussi des jeux qui nous rebutent pour comprendre pourquoi ? Une collection est une entité multiple et complexe, réellement vivante. Je trouve le sujet tellement passionnant ! Bref.

.

J’ai découvert le Luminous Void Tarot bien après sa campagne kickstarter. Il m’a intrigué tout de suite. Je l’ai trouvé sans autre pareil. Bien que j’ai découvert plus ou moins en même temps le Lefty Oracle Deck qui a également des représentations naïves et enfantines, avec une vocation très créative (voire créatrice), il y avait dans celui-ci quelque chose de graphique qui m’appelait encore plus, là où je n’ai pas franchi le pas pour le précédent. Depuis des années, je suis asse vendue à l’aquarelle et aux techniques à l’eau, c’est ce qui parle le plus à ma sensibilité. Bien que je la pratique peu, c’est ce qui m’attire le plus en terme graphique, ces jeux d’eau et de lumière… Du coup, quand j’ai découvert le Luminous Void, j’ai flashé. La réalisation matérielle du jeu avait également l’air exceptionnelle, ce qui me semblait justifier son prix et les frais de port toujours cher depuis les USA.

.

Du coup, bien que j’en parlerai plus tard dans un article dédié de la série “Le sens de nos collections”, en résumé les jeux que j’achète peuvent avoir des usages ultra spécifiques, comme c’est le cas ici. Au moment où je l’ai acheté (je crois que j’ai réussi à attendre quelques mois histoire de ne pas faire un achat complètement irréfléchi, car je n’étais vraiment pas sûre de résonner avec le jeu en terme de pratique de tarot), j’envisagerais que ce tarot aurait une place plutôt créative et pas du tout “divinatoire” dans ma pratique (Notez ici que le terme “divinatoire” devrait être défini car il a plein de sens différents, c’est un autre dossier en cours…). J’ai accepté qu’il y a une petite fraction de ma collection qui soit d’usage artistique et non pas divinatoire : j’ai réalisé ça après plusieurs années que certains jeux sont là plutôt pour nourrir mes énergies et mon inspiration, pour écrire ou pour créer, et non pas pour réaliser des tirages. Parfois, ils peuvent me servir quand des artistes viennent demander des conseils en tirage. Mais quand je ne me sens pas à l’aise avec un jeu dans son application “divinatoire”, j’ai tendance à ne pas l’utiliser même dans ce cas-là, donc c’est vraiment plutôt pour ma pratique solitaire.

.

En tout cas voilà, je venais d’acquérir un jeu qui me renvoyait des énergies étranges, que je ne me voyais pas utiliser pour répondre à des questions, mais que je me suis autorisée à acheter pour répondre à des besoins créatifs.

Quelques impressions

Le Luminous Void Tarot m’évoque plusieurs choses au premier abord : la rêverie, la douceur, la créativité et l’Enfant Intérieur. Ses illustrations “floues”  et aqueuses sur un fond tout blanc produisent sur moi cette impression de regarder un rêve qui se déroule, de visualiser des apparitions. Cela me parle de notre inconscient et de notre subconscient. J’y ressens une certaine liberté aussi, à la fois dans la liberté et le côté “aléatoire” du travail mouillé-sur-mouillé et dans la liberté de cette esthétique “naïve” (au sens artistique). Au départ le jeu me semblait plus accessible pour méditer qu’autre chose. Les cartes sont très grandes d’ailleurs, j’ai apprécié d’en laisser une sur un autel ou une table de nuit pour commencer. Mais j’ai mis du temps avant d’oser tirer avec. D’ailleurs, je crois que je ne l’ai fait que 3 fois en tout, ce qui est très peu.

.

Les représentations choisies sont parfois clairement inspirées du Rider Waite, on peut les reconnaître aisément. D’autres fois je me sens plus perdue dans une sorte de “surface” directe et son énergie. Je ne crois pas que cela soit un jeu facile pour les débutants, mais je peux me tromper. Il est possible que cela soit un ressenti entièrement personnel et biaisé, car je suis comme “trop” inspirée par la patte artistique de la créatrice, et que je me retrouve absorbée par cela, et pas tout à fait capable de retrouver le sens “tarotique” des lames. Il y a quelques jours, j’ai décidé de prendre le jeu pour réaliser un test d’interprétation, et voir ce qui pouvait en ressortir, et je me suis dit que j’allais vous le présenter pour illustrer l’esprit du jeu (bien qu’évidemment cela soit totalement impossible à résumer à travers une seule carte, c’est juste un exercice, un exemple).

Le cas du Cavalier de coupes

Plusieurs divergences s’offrent à moi pour m’emmener sur d’autres sentiers que celui du Rider Waite Smith.

.

Déjà, le cavalier est une femme et pas un homme. Est-ce que l’artiste a effectué des lectures qui suggèrent que le cavalier de coupes est le cavalier le plus féminin de tous ? (Comme sur Labyrinthos). Ensuite, la coupe se situe sur sa tête et non pas dans ses mains, ce qui ne résonne donc pas comme un message à délivrer ou une invitation. Puis, plus de monture ici… A sa place un chien, qui est plus un compagnon qu’un moyen de déplacement. Domestique au sens de présent dans le foyer, le chien m’évoque un intérieur et non un extérieur. Ici c’est presque un espace intime pour moi. Le chien, un mélange de rouge et de marron, est loin du blanc pur de la monture du Rider original. Par contre on y retrouve bien de la lenteur et du calme, traditionnelles pour cette carte.  Ce qui m’a perturbée ici, c’est que je ne perçois pas de personnage qui arrive dans notre comme c’est le cas du Rider. Tout est très intérieur, très intimiste ici. Comme je le disais au-dessus, j’ai l’impression de me tourner vers un être vivant de mon foyer (et pas forcément un humain), pas de voir débarquer dans ma vie l’âme sœur comme c’est souvent décrit en ligne. L’amour peut être aussi fraternel, filial, etc.

.

Je serais curieuse de savoir : vous, que vous évoque ce cavalier de coupes ?

.