(Review) Revue des Cartes Oracle de Morrigan

*The gist of the review is available in English at the end!

Auteure : Hannah Storyteller.
Artiste : Morpheus Ravenna.
Éditeur : Mousagetes Books apparemment ? Mais c’est de l’impression à la demande sur le site « DriveThru Cards ».
Année : février 2019.
Langue : anglais.
Format : Oracle de 62 cartes. Petit pdf gratuit par email.
Prix : 14,90 dollars le jeu de base, compter environ 15 dollars de plus pour frais de port vers l’Europe (France).
Où le trouver ? Cliquez ici.


 

Review vidéo :

Synthèse écrite :

[EDIT: vous trouverez ci-dessous en rouge les ajouts complémentaires qui ne se figurent pas dans la vidéo]

.

J’en avais parlé à sa sortie sur l’Antre de Morrigan, et voici enfin une présentation de ce jeu ! Le principe est un peu « bâtard » (au sens premier du terme) : le jeu n’a pas été réalisé pour lui-même, c’est un objet dérivé du dernier livre de Morpheus Ravenna, réalisé en collaboration avec Hannah Storyteller. Elles ont extrait des grandes planches du livre plein de petits symboles et situations, découpées et placées dans des cartes.

.

1°) Le prix : un peu plus de 30 euros, soit entre 5 et 10 euros de plus qu’un jeu basique (US Games). Quand on voit que Shiffer ou De Vecchi en France nous donnent des jeux avec une grosse boîte magnétique solide et un gros livret broché pour ce prix-là, c’est décevant. Surtout décevant à cause de la mauvaise qualité des carte (voir le point 2). Pourquoi n’avoir pas kickstarté un jeu plutôt ??

.

2°) La qualité des cartes :

Ici, je dois avouer que c’est une déception. Les cartes sont extrêmement fines et fragiles. J’ai déjà des tout petits accrocs blancs le long des bords, et des micros rayures en plein sur les illustrations alors que je n’ai jamais utilisé le jeu encore ! Je ne pense pas qu’il va durer dans le temps… Si c’était un jeu acheté en magasin à 15 euros, j’aurais moins de scrupule, mais l’import coûte 15 euros, donc on monte à 30 au total. Si le jeu s’abîme terriblement dès la première année, c’est super frustrant. L’impression aussi que le papier va boire toutes les traces de doigt.

Côté points positifs, il faut retenir ceci : 1) la taille type « poker » des cartes, ça tient très bien en main, c’est facile à mélanger. 2) le fini mat. Mis à part sur certains jeux spécifiques je crois que je n’aime pas du tout les vernis et les finitions brillantes. Une joie pour moi d’avoir donc ici un jeu dans son format le plus simple, sur lequel la lumière ne réfléchit que très peu. 3) Les cartes glissent très très facilement, donc elles seront agréables à étaler pour piocher. Attention cependant aux surfaces légèrement penchées ! Les cartes se feront la malle tout de suite. ;)

.

3°) Le contenu du jeu :

Un cadre noir absolument rudimentaire, avec une police blanche étrangement en majuscule… je ne crois pas vraiment ce choix, je l’avoue. Ce n’est pas original, pas particulièrement beau ni efficace… mais ça passe. Je suppose que l’idée était d’apparaître le plus neutre possible ?

.

Des représentations humaines très clairement celtes. Certaines sont mêmes historiques, traçables. Morpheus Ravenna a en effet beaucoup effectué de recherches archéologiques et académiques, et cela apparaît sur les cartes (épée typique à tête d’homme, représentation de sanctuaire traditionnel à palissade, etc). Cela se reflète aussi totalement dans le choix des symboles / objets / mots clés : ciel, terre, eau (les 3 éléments) ; pierre, chaudron, lance, épée (les 4 trésors d’Irlande), etc.

.

Le jeu a tendance à être aligné sur la facette plus proprement guerrière de Morrigan. En conséquence, les images seront plus sombres et guerrières, donc cela veut dire souvent sanglantes : hommes blessés (The Slain), corps au sol (Grief), têtes coupées (Destruction). Beaucoup de références également à l’aspect « Shapeshifter » de Morrigan (change-forme) : des silhouettes encapuchonnées, des masques, des animaux de l’Autre Monde (Seer, Guide, Watcher, Foresight, Mystery, Outcast ; Companion, Fey, … ). Aussi, on notera une présence du chien très notable, même si l’on retrouve bien évidemment des corneilles. Je voudrais interroger Morpheus sur ce point.

.

Morpheus m’a généreusement rappelée qu’une partie des illustrations est visible gratuitement en ligne ! Elle a publié sur son site une fraction des illustrations de Goodnight Morrigan dont est issu l’oracle. Pour les visualiser, rendez-vous sur la page suivante, et descendez à la section « Illustrations » : sur son site. Pour les plus courageux qui veulent tout voir, vous pourrez explorer touts les pages sur son patreon ici.

.

Les mots clés sont assez variés à mon goût, mais je me demande ce que cela donnera en tirage. A voir comment utiliser les échos entre les illustrations, est-ce que les fragments de mêmes scènes peuvent produire des couches de sens supplémentaire ? Aider l’intuition à choisir un sens ? Mais il est possible que cela n’ajoute rien, car cela n’a pas été conçu dans ce but précis. Je me suis complètement trompée au cours de la vidéo, le livret pdf ne comprend que 2 pages, pas 5 ! La première page vous donne un exemple d’interprétation de cartes pour vous montrer comment se poser des questions à partir d’une image, et comment en tirer des informations. La 2e page fourni en gros 2 tirages, et une feuille de mots clés rapides pour les concepts qui peuvent être problématiques (et non pas une anti-sèche sur l’intégralité des cartes comme je le pensais dans la vidéo).

.

Lorsque je m’attarde sur la carte « Sanctuaire » (Sanctuary), j’évoque la représentation probablement historique de l’artiste. Voici donc le complément d’information sur les temples gaulois historiques : voici le lien de l’article de Morpheus que je cite dans la vidéo.

.

Voilà, le plus important a été dit. Si j’ai oublié quelque chose, ou si vous avez des questions, n’hésitez pas. :)

******************************

English Sumary :

.

- for a fellow French, the 15 dollars shipping stings like hell; we’re used to it, but I’m warning my community ;
- the card quality is mostly poor. I love that the cards mat finish, and they glide really well, but their pretty thin, porous, and most of all super super fragile. The edges already wear some white snags (not sure that the proper English word), and the faces some scratches. So it looks like a cheap playing card deck. I so wish we could have properly kickstarted this, so that we have a standing, durable copy.
- I’ve been a lover of Morpheus illustration work for quite some years now, and I had seen most of them on Patreon for the book. So I am not disappointed on that point, I’m a fan. It was actually fun and interesting to see how the images were cut, and what keywords were extracted.
- I think the deck is smart, the most important Irish Celt concepts are there, the vibe is historically faithful, the emotions are present too, it’s a moving deck. Faces of the Morrigan are respected. A huge focus on Warriorship and Shapeshifting in my opinion (which I love).

.

So, it’s a nice addition to my collection. I’m dying to test it for myself and others, to see how it actually respond in « divination ».

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Vous pouvez utiliser ces balises et attributs HTML : <a href="" title=""> <abbr title=""> <acronym title=""> <b> <blockquote cite=""> <cite> <code> <del datetime=""> <em> <i> <q cite=""> <strike> <strong>