Je vous invite à suivre le lien de la campagne et à aller voir (plus bas) car les photos officielles de la campagne sont déjà complètement bluffantes :

Informations générales

Auteur : Arthur Wang
Illustrateur : Arthur Wang
Éditeur : autopublié grâce à une campagne kickstarter
Année : Une très longue gestation pour ce jeu. Le kickstarter a été lancé en septembre 2017, mais l’auteur a rencontré de multiples problèmes techniques ; l’envoi définitifs des jeux a eu lieu en mai 2019.
Type de jeu : Tarot, 78 lames + 1 arcane spécial (+1 lame « test ») ; tradition Rider Waite Smith, revisistée.
Langue : anglais.
Prix 85 dollars (hors frais de port) sur le site officiel. Je crois qu’il faut compter une centaine d’euros en tout. A priori déjà sold out. Je ne suis pas sûre qu’une autre impression ait lieu, car l’auteur est complètement épuisé par la dernière ligne droite du marathon, et que les enjeux techniques ont été terrible à satisfaire.

« C’est seulement dans l’obscurité que l’on peut voir les étoiles »

Présentation officielle du jeu

Le texte du kickstarter:

« True Black’s inspiration is timelessness. Tarot is a compendium of mankind’s omnipresent hopes, fears, and dreams, and a tarot deck should feel as everlong and constant as our human nature. The figures, styling, and clothing are designed to be enigmatic in presence, unable to be placed in any specific time or place, though simultaneously colored with facets of both the past and future, an artifact of our collective consciousness.

The stars and the unknown feature heavily in this deck. Humans across all geographic locations and times have been captivated by the wonders of the unknown, embodied as firmly today as it was aeons ago in the stars and the darkness. Artwork features starmaps from ancient and modern times, constellations, and scientific discoveries that simultaneously reveal fascinating new discoveries and more closely anchor us to an ageless universe.

Core to the concept of True Black is exceptional and unparalleled quality, both in its imagery as well as its construction and manufacture, setting a new standard in build quality and execution. Where the artwork speaks of timelessness, the deck will stand up to the rigors of everyday use. »

En résumé pour les non-anglophones :

- Un jeu qui souhaite refléter l’éternité, et l’universel et la constance de la nature humaine, peu importe le temps ou l’espace. Les représentations sont conçues pour être énigmatiques et difficiles à relier à un lieu ou un temps donné, tout en évoquant à la fois le passé et l’avenir.

- L’ambiance symbolique qui sous-tend le jeu évoque l’inconnu et les étoiles. En effet, la voie lactée a cristallisé pour l’humanité la quête de l’inconnu depuis des siècles, et c’est encore le cas aujourd’hui.

- Le concept au coeur du True Black Tarot est une qualité exceptionnelle à tous niveaux : son esthétique visuelle (les images des cartes), son design ainsi que sa fabrication matérielle. Le projet est de créer un jeu particulièrement durable.

 

Une revue écrite

La qualité des objets

- La boîte a son couvercle aimanté comme promis, même si aucune trace d’aimant n’est visible à la surface, contrairement à ce type de boîte d’habitude. La texture est mate, et assez douce au toucher. Ce que je crois voir cependant, c’est qu’elle sera plutôt poreuse, et risque d’absorber l’humidité des mains.

- Le livret possède une couverture avec exactement la même texture si je ne m’abuse ! J’ai donc la même peur, qu’à force de le manipuler, ouvrir, fermer, feuilleter, qu’elle ne s’imprègne de l’eau et de la graisse naturelle de doigts, et qu’elle en garde les traces. Seule l’utilisation permettra de le vérifier.

- Les cartes : tout ce qu’on nous avait promis… A ceci près que j’ai une trouille bleue de passer mon jeu sous l’eau et de le gratter avec une pièce comme dans la vidéo !! x) Mais elles sont d’une finition mate impressionnante, très clairement. Ce noir est terrible et plaisant à la fois pour les yeux. Le toucher est extrêmement doux, comme du daim. Les tranches sont d’un noir vraiment profond, qui a l’air d’être été « bu » par les cartes, contrairement aux revêtements en or habituels qui s’écaillent par exemple. A noter, les cartes ne glissent pas vraiment. Quand je les prends dans les mains, même avec cette chaleur, il semble que les traces que j’ai l’impression d’y laisser « s’évaporent » après quelques secondes, laissant le jeu intact. C’est assez saisissant.

Le contenu du livret

Comptez 100 pages au total, a priori ça n’est pas très long, et plutôt aéré, donc une autre mise en page aurait pu le réduire à la taille d’un « petit livret blanc » (little white book) fourni avec chaque tarot habituellement. Mais ici, l’artiste a pris le parti d’en donner une version « broché » (page reliée / collée, et pas juste agrafées) Il est totalement en noir et blanc, et relativement synthétique :

Il s’ouvre sur une très courte page d’introduction au jeu, pour en présenter rapidement la « toile de fond ». Puis, vous avez une page d’introduction aux arcanes majeurs, avant d’avoir directement derrière le détail. Après les majeurs, vous aurez une page d’introduction aux arcanes mineurs, leur détail, et pour terminer une page de remerciements à la fin. Les arcanes majeurs : une double page. Sur la page de gauche, vous trouverez le titre de la lame, un symbole en noir pour la représenter, 4 mots clés, et un petit texte pour parler de la signification générale de la carte. sur la page de droite, vous trouverez les informations additionnelles, qui correspondent aux ajouts symboliques spécifiques de l’auteur. Les arcanes mineurs : proprement synthétique, plus qu’une page par carte. La structure est identique, on y retrouve le titre de la lame, le symbole en noir, les 4 mots clés, et la description.

Mes ressentis sur l’ambiance générale du jeu

(en cours)

- la noirceur

- le cosmos

- l’atemporalité / l’impossible géolocalisation

- la blancheur / la statuaire grecque

- le côté « awe » / numineux ; la beauté, la fascination, et la peur, comme face aux Dieux

Quelques éléments d’analyse visuels

(en cours)

- certains éléments clés qui reviennent et tissent des relations entre les carets : les poissons d’or, le lemniscate, les chaînes (d’or ou non), …

- une nudité particulièrement « chaste », à l’américaine : les organes génitaux sont inexistants, comme sur certaines poupées. Les seins sont également assez discrets, je ne me rappelle pas avoir vu un téton dépasser… A vérifier.

- des animaux sont présents sur les mineurs, mais il n’y a pas de logique de suite ; un animal ne représente pas une suite en particulier (ex: le lapin pour les deniers), et ils sont donc présents aléatoirement (ex: le lapin pourrait se retrouver sur d’autres suites que les deniers).

x

Quelques éléments problématiques

Deux choses que j’ai observées et qui peuvent poser problème. Je pense pouvoir faire avec pour ma part, mais je préfère les mentionner pour les gens que ça choqueraient.

.

1°) La suite des épées évoque de la violence à l’encontre des animaux. Elle propose sur la fin (entre les lames 7, 8, 9 et 10?) des représentations assez « violentes » malgré l’aspect « figé », statique des cartes, et l’absence de toute trace de sang. Des animaux sont présents sur les cartes, présentés comme étant littéralement transpercés ou « embrochés », parfois des pétales rouges volent, comme pour évoquer la symbolique du sang. J’ai été assez saisie devant ces représentations moi-même, je me demande si certaines personnes pourraient les trouver trop violentes.

.

2°) La représentation des corps. J’ai été fort maladroite verbalement dans ma première vidéo (majeurs) il me semble. Je manque de connaissance et de vocabulaire dans le domaine du genre, même si j’ai pris conscience de certains problèmes. Dans le cas du True Black Tarot, j’observe plusieurs choses : a) les corps sont particulières « lisses » ; ils renvoient cette image parfaite des magasines ; ils sont particulièrement minces…b) bien que j’apprécie la présence d’une forme d’ambiguïté de certains corps, une possibilité d’androgynie, je suis pas sûre que tout le monde s’y retrouve en terme de genre. Mon regard est encore trop « inéduqué »… j’ai appris à demander aux gens leur genre, pour les appeler correctement, mais dans le cas d’une image fixe, je ne peux pas demander. Comment identifier le corps qui est donc placé devant moi ? Les corps me semblent très binaires malgré tout – j’ai appelé ça « traditionnel » voire « arriéré » dans ma vidéo. J’ai eu l’impression que ce qu’on me montrait était : une poitrine volumineuse = une femme ; pas de poitrine = un homme. Et éventuellement, une ambiguïté, une 3e possibilité, l’androgynie… Mais c’est plutôt caricatural je crois.  A l’heure actuelle, je ne sais pas différencier si le jeu renvoie vraiment ça en termes visuels, ou bien si c’est ma propre inculture et mes propres biais qui s’expriment.

 

Revue en vidéo

Vous me pardonnerez pour la longueur, j’ai coupé en plusieurs parties, mais j’ai décidé de faire un parcours lame après lame pour ce jeu absolument unique.