White Fox Oracle en réponse à une question (2)

(Click here for the post in English)

Cette fin de semaine, j’ai eu droit à un nouvel exemple parfait de langage littéral des cartes. Sur la photo ci-dessus, je n’ai pas choisie la carte pour l’intégrer à ce que je voyais sous mes yeux. Non, j’ai tiré cette carte face cachée dans le tas après avoir médité ! J’ai testé à nouveau le White Fox en réponse à une question contextuelle plutôt qu’une guidance libre.
.
Mon travail s’est intensifié de semaine en semaine, ma tête est particulièrement pleine, j’ai du mal à avoir les idées claires. Et même quand je prends le temps, de sortir marcher, bouger, faire des respirations, me poser, ne pas regarder d’écran… Parfois c’est encore trop confus, trop rapide, trop saturé. Ca me pose pas mal soucis pour tirer les cartes, car je ne souhaite pas le faire par réflexe, ou en étant « vide » à l’intérieur, en n’étant qu’à moitié là… J’étais donc partie pour ma balade du jour, et avais emporté avec moi le White Fox en prévision d’un tirage, en me réservant la possibilité de le faire ou non. Sans pression. J’ai fait ma petite marche, et j’ai trouvé un endroit pour m’asseoir, un peu sombre à mon goût, mais l’Arbre qui se trouvait là était accueillant. Une fois assise, je me suis donc retrouvée avec le chaos intérieur de mes pensées. Même sans savoir exactement ce qui se jouait là-haut (je n’entendais pas les pensées défiler), je sentais le gros remugle, comme une mer déchaînée, cette sorte de mouvement de tournis. Du coup j’ai pris le parti de faire des exercices corporels tout simples. Accepter mon état physique, le ressentir, le laisser être. Pareil pour ma tête. J’ai respiré, en essayant de sentir nez / poumons / diaphragme. J’ai même médité un petit peu, tenter d’accueillir le nouveau. Pendant tout ce temps, j’avais l’impression de me sentir attirée par cet arbre au milieu de la place, de sentir une sorte de magnétisme. Cela fait bien longtemps que je n’ai pas eu de pratiques animistes ou chamaniques « approfondies » avec un Arbre. Mais j’étais étonnée de ressentir cet appel en plein milieu d’une tourmente intérieure. Malgré les exercices, ça continuait de tourner et de me fatiguer là-haut. Je repensais alors au jeu dans mon sac, et je me demandais s’il pourrait m’aider, m’aiguiller. J’ai donc pris le parti de tenter l’expérience, quitte à ce que cela ne donne rien. Je me suis centrée un petit peu, j’ai décidé de ne bien piocher qu’une seule carte (c’est dur pour moi de ne pas en ressentir plusieurs haha), et j’ai posé intérieurement ma question et mon intention :
.
Comment est-ce que je peux mieux accepter et accueillir ce qui m’arrive, cet état, ce moment ? Comment le traverser ?

.

J’ai été sidérée quand j’ai vu la carte des arbres sortir, boom, avec ce vieil arbre en face de moi qui me titillait. Alors du coup, pendant les semaines à venir, je vais poursuivre le travail sur cette carte, et sur les Arbres. Voir si je peux reprendre un peu le travail avec eux. Trouver du calme ? M’ancrer ? Rester bien droit et laisser le vent souffler là-haut dans les feuilles ? La carte 47 peut aussi désigner l’Arbre Monde et le Voyage chamanique, ce qui, quelque part, correspond aussi aux autres questions que je me posais juste avant de piocher la carte. Mais ça, je ne sais pas si je suis prête, et c’est un sujet pour un autre lieu.

 

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Vous pouvez utiliser ces balises et attributs HTML : <a href="" title=""> <abbr title=""> <acronym title=""> <b> <blockquote cite=""> <cite> <code> <del datetime=""> <em> <i> <q cite=""> <strike> <strong>