Plonger dans les eaux

Rien qui ne n’apparaisse certain et évident, et pourtant, au fil des semaines, c’est bien de cela qu’il s’agit : plonger. Après avoir tourbillonné, dansé à la surface, m’être absorbée dans les effluves qui remontaient des profondeurs, il a bien fallu reconnaître la puissance de ce qui se tramait dessous et s’arrêter un instant. C’est bien de prendre son temps parfois, et de tâter la température de l’eau comme un chat… Mais c’est aussi une fuite.
.
La Reine de coupe est traîtresse en ce qu’elle peut facilement renvoyer une jolie image de soi, pleine de magnanimité et de « maîtrise » des flux. Cependant, si elle n’y prend pas garde, elle est également capable de se laisser absorber dans sa vision, dans les jeux à la surface du calice de vision (scrying bowl), de se laisser emporter par les flux passivement. La scène est paisible, presque idyllique. Mais quand on suit son regard, on remarque qu’il n’est pas là.
.
« Dig deeper. » 
.
La réponse n’est pas par là. Alors approche-toi. Plonge dans ses yeux : que vois-tu ? Où te trouves-tu ?
.
Un peu trop gros pour être une coïncidence, c’est la Grande Prêtresse qui se trouve derrière la Porte des Eaux. Inclinée dans son versant sombre, caractéristique du Revelations Tarot, elle apporte directement sur un plateau l’Ombre (shadow work) qui a été repoussée jusqu’ici avec un peu trop de légèreté. Tu ne veux pas voir ? Que crois-tu qu’il va se passer si tu refuses ? Si tu laisses l’inconscient mariner dans son jus, il prendra facilement le pouvoir pour te submerger.
.
Tu veux guérir et laisser le passé derrière-toi ? Alors fais-tomber le masque.
.

One Comment

  1. Répondre
    Vincent Smile 19 décembre, 2017

    Je viens de tomber sur ce texte, qui me parle, pour moi, mais qui me parle aussi de ton post ici, qui m’a aussi parlé alors.

    « Il y a en vous des parties d’ombre, et l’ombre est le manque de conscience que vous avez de vous-mêmes, le manque d’Amour que vous avez pour vous-même ! Si vous marchez un tout petit peu plus, vous verrez que le soleil est là parce que vous avez compris, parce que vous avez tourné la page, mais il y aura mille et une pages à écrire, à tourner. »
    Source : http://ducielalaterre.org/clefs.php?cle=1100

    Ce texte que je marque, complète, mais il est bien insuffisant pour permettre de coller les mots sur la réalité, notre réalité et changer ce qui a été troublé dans la conscience.

    « Fais tomber le masque », c’est compliqué, c’est dur, c’est éprouvant, mais c’est possible. C’est comme dire et faire quelques choses avec le regard ailleurs, par ce que, pour protéger le masque qu’on s’est construit, qu’on croit être, pour se sentir en sécurité, on n’est plus et pas nous. On dort derrière le masque, on attend la fin de la pièce, on s’ennuie, on est un acteur, une marionnette de l’autre, de la société, de l’entourage. On ne vit pas la vie et on la rêve à l’intérieur de nous, dans la colère et la fatigue, d’une vie sacrifiée par des croyances illusoires.

    En marchant un petit peu plus, en franchissant le seuil, on peut quitter le monde de la nuit, éclairé par la lune qui dort en nous d’ennuie et se rendre compte que le soleil est là, pour nous et que notre vrai « nous » peut, de façon autonome et joyeuse choisir de tourner les pages et en écrire mille et une nouvelles…

    Tout commence par peut-être une prise de risque, ou simplement oser enfin faire une chose qu’on aime mais qu’on s’interdit de faire depuis longtemps, car on a en nous des fausses croyances limitantes sur nous-même, sur le monde, sur les autres.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Vous pouvez utiliser ces balises et attributs HTML : <a href="" title=""> <abbr title=""> <acronym title=""> <b> <blockquote cite=""> <cite> <code> <del datetime=""> <em> <i> <q cite=""> <strike> <strong>