Monthly Archives: février 2017

Comparaisons des deux éditions du Wild Unknown Tarot

Au détour d’un thé avec les copines, il y a très souvent des outils à portée de mains, et toujours des cartes. Lors d’une de nos dernières rencontres, nous avions profité d’un moment rare pour étudier une question souvent posée par tous les détenteurs du Wild Unknown Tarot : quelles différences ? J’étais séduite par l’idée d’Aranna de tout prendre en photos, car je crois que je n’avais trouvé nulle part ailleurs un article qui met réellement tout à plat, en face à face. Alors me voici ! Nous avions fait avec la lumière fort absente de l’hiver, donc on est loin des photos lissées telles qu’on les trouve sur le net aujourd’hui… Mais comme toujours, on pense pragmatique plus qu’autre chose. C’est parti !

 

La boîte du jeu :  Le design de la « couverture » de la boîte a été modifié, ainsi que le dos également, ses dimensions (la seconde édition est plus petite) et les symboles à l’intérieur.

Edition 1 à gauche /// Edition 2 à droite.

L’intérieur de la boîte (2e édition au-dessus, 1ere au dessous) :

 

 

Le dos des cartes


Edition 1 à droite /// Edition 2 à gauche.

 

Les cartes ayant été modifiées :

L’impératrice, Le hiérophant, les amoureux, la tempérance.
Edition 1 : ligne du dessous /// Edition 2 : ligne du dessus

Le 7 de coupes (1ere édition à gauche /// 2e édition à droite) :

Le 9 de bâtons (1ere édition à gauche /// 2e édition à droite) :

Et le 4 d’épées (2e édition au-dessus, 1ere édition en dessous) : désolée pour la forme peu pratique de la photo

 

Finalement, nous avions tenté de mettre côte à côte des cartes a priori identiques également, pour comparer la couleur du papier et les couleurs, mais les différences sont infimes. Pratiquement inexistantes, mais parfois le contraste a l’air plus prononcé dans une édition plutôt que l’autre. L’exemple du roi d’épées ici :

Bilan : un changement dans la nature du jeu apparaît malgré tout à mon goût, malgré le « peu » de modifications apparentes. La boîte annonce qu’on aura l’impression d’avoir « beaucoup plus » de couleur, et malgré tout c’est le cas. Aussi, elle met un accent bien plus doux avec un style porté sur les lavis, plutôt que les coups de crayons secs de la première édition (mais qui faisait son style selon moi).

<

Enregistrer

Enregistrer