Monthly Archives: juin 2016

Réflexion du moment : le besoin de vérité

Certains oracles sont vraiment très bons pour soutenir les périodes difficiles, aider à réaliser son introspection. J’ai souvent eu plus de facilité à procéder ainsi avec les oracles qu’avec les tarots. En ce moment, c’est l’oracle cristal qui me manque beaucoup, et que je regrette d’avoir laissé en France. Je me suis souvenue que l’auteur avait sur son site un simulateur, alors même si ça n’est pas pareil je suis allée faire un tour. Clairement un besoin de me retrouver en ce moment, de reconnaître, de refaire émerger depuis les profondeurs qui je suis, ce que je désire, et de l’exprimer, sans filtre. Je me suis dit que ça pourrait peut-être parler à d’autres personnes en ce moment :

 

La Vérité

Sens et valeur

Bien souvent, tu t’arranges avec elle. Tu la séduis, tu n’en montres qu’un bout. Toute vérité est-elle bonne à dire ? Qu’est ce qu’on gagne à dire la vérité ? Existe-t-elle vraiment, que signifie-t-elle ? Les questions sont innombrables pour tenter d’en toucher l’essence. Je te propose d’aller à ce qui est simple, à ce qui est sans pli, d’avoir cette vision radicale qui élague le superflu. Personne ne détient la vérité. Elle ne se possède pas, nul ne peut l’avoir. Elle demande une exigence d’être qui emprunte la voix de la sincérité, de l’authenticité et enfin se révèle dans sa splendeur. Jésus-christ disait : Je suis le chemin, la vérité et la vie ». Il disait je suis et non j’ai. Cela sous-entend un laisser être.

Il laissait être la vérité en lui, il la laissait émerger en s’abandonnant, en lui laissant la place. La vérité ainsi vécue est une lame tranchante qui ne souffre d’aucun compromis. Une partie de notre être peut voir cette vérité prendre place et se sentir pris par une force qui la dépasse. Cette vérité ne se présente qu’à celui qui ne veut rien, qui est si confiant qu’il abandonne les rennes. Peut être as-tu déjà vécu un tel état ; c’est plus fort que toi, tu dois exprimer ce qui en toi se bouscule. C’est comme une libération, presque une extase. La vérité te prend et te plante dans l’instant présent, l’instant d’après c’est une autre vérité mise à jour. La vérité éclaircit le chemin entre la réalité et ce que tu penses d’elle. Elle a le pouvoir d’intégration et de liaison. Bien sûr, elle peut faire des vagues dans ce monde plutôt tourné vers l’évitement et le mensonge. Elle peut déclencher des attaques cinglantes. Être sincère, c’est se mentir sans en être conscient et être persuadé que l’on dit la vérité. Etre honnête, c’est dire la vérité après coup, quand tout a été casé dans les bonnes cases, réfléchi, digéré. Être vrai, c’est dire ce que tu sens, comme tu le sens, au moment où tu le sens. Quelle joie, lorsque tu t’es laissé exprimer ce que tu sens.

Tu es en accord alors avec ton ressenti intime et tu le manifestes dans le monde, en toute simplicité. C’est le fait de retenir qui souvent rend ton expression maladroite ou violente, si tu laisses être, ton verbe devient juste. Va et vis ta vérité, elle te demande et te donne force et courage. Tu retrouves ta parole vraie, celle qui met à nu et ose l’inutile. Tu deviens un être humain véritable.

Parole Intime

Je suis en toi ce qui te pousse souvent malgré toi à être vrai. Je trace un chemin des profondeurs de ton être à ta divine surface et je m’expose là ; pur joyau de ta vérité. Tu as vécu, tu vis encore dans un monde de mensonges. Mentir toujours, partout et avec tous. Ne jamais exprimer la vérité de ce qui est vécu et ressenti dans l’instant mais cacher, ne rien dire, remettre à plus tard, transformer tout, tenter même de faire taire ce qui s’entend au delà de ce qui est dit, retenir. Il ne s’agit pas d’avoir raison, il s’agit d’être vrai. Tout ce qui vient, coule entre la source et tes lèvres a le droit d’être bu, vu, offert en parole, tout, sans tri ni barrage. Être vrai ne demande aucun pouvoir sur, aucun combat contre, aucune défense de. Être vrai se vit hors raisonnement, cloisonnement. Justement dans le fait de laisser à ce qui vient la liberté de venir tel quel.

Je suis en toi cela ; l’énergie du verbe, de la parole vraie. La parole en tant expression, geste, mot, silence qui s’ancre dans la vérité de vivre, dans le vécu du réel. En somme, la vérité est une manière d’être au monde qui te correspond. La surface n’est plus en contradiction avec ton intime profondeur. C’est un équilibre, une justesse. C’est une tentative d’exactitude entre le subtil de l’intérieur et le subtil du dehors. C’est un exercice de pointe qui t’engage à te tenir à la fine pointe de ton âme, toujours à l’endroit exact où elle entre en contact. La vérité vacille en ces fondements, risque la chute, se prend pour son propre reflet, s’éprouve à respirer l’air des mensonges et continue pourtant et malgré à se tenir dans l’émerveillement d’oser se manifester. Elle sait qu’elle seule permet le renversement paradoxal d’une manière d’être à la vie ; un monde plus vrai est forcément un monde où tu deviens libre d’être vraiment toi ! Et ce monde n’apparait que lorsque tu t’y risques, comme jailli des profondeurs. Tu possèdes entre tous cette volonté, ce désir d’être vrai. Comme un sérum, ton âme coule en tes veines pour qu’ici affleure l’amour. Je t’aime de cela, pour de vrai !

Au ras des pâquerettes

Engage toi envers toi même à être de plus en plus vrai et en accord avec toi. Constate qu’être vrai avec l’autre, c’est simplement dire ce que tu sens au moment où tu le sens et comme tu le sens ! Essaye et vois tes relations s’éclaircir.

Enregistrer

Enregistrer

De la vulnérabilité


(c) Marg Thompson

A chaque personne qui vient me voir et me demander de l’aide, c’est le même « problème ». J’ai appris à faire avec désormais, et même si j’ai peur, je ne me bloque plus. La difficulté de la voyance, pour moi, c’est que chaque tirage peut être un échec. Ce n’est pas une science, et je ne suis pas tarologue, qui lit les signes, les symboles. Je suis voyante, je dois m’harmoniser avec le moment, avec me consultant, sa question, tout ce qui m’entoure, le jeu, et réussir à capter, sentir avec précision, puis verbaliser pour autrui un compte-rendu de ces impressions. A chaque nouvelle personne qui vient me voir, je me dis que « cette fois-là sera peut-être la mauvaise », « peut-être que cette fois-ci je ne verrais pas », « je peux me tromper ». Après chaque email envoyé, je me demande ce que va en tirer le consultat, s’il aura compris mes mots, si je devrais reformuler, s’il sera satisfait, s’il comprendra, s’il aura ses réponses. Chaque fois, j’essaie de penser à autre chose en attendant qu’il/elle puisse revenir écrire même une ligne pour me dire si c’était « bon » ou pas.

Chaque tirage est plein de nouveautés, y compris sur un jeu que je connais bien. Le protocole sera-t-il le même ? Devrais-je mettre en place des choses spécifiques pour la personne ? des prières ? Des bougies ? des symboles pour ses alliés ? Est-ce que je vais réussir à utiliser les mots pour traduire ? Quelle « langue » imagée le traversera cette fois ? Le lieu où je tire, le moment où je me trouve. La connexion avec mon interlocuteur, le lieu où il/elle se trouve. Ses énergies. Sa ligne de vie. La possibilité d’échec était terriblement effrayante au début, et l’a été encore plus quand j’ai souhaité commencer à demander un retour sur mes tirages, monétaire, en accord avec mon chemin de vie. La peur que le courant ne passe pas et que le consultant soit déçu, en colère, sceptique, etc. J’ai appris à l’accepter. J’ai eu la chance de n’avoir aucune mauvaise expérience d’ailleurs, mais je sais qu’elles peuvent venir dans l’avenir. Et donc à chaque nouvelle tentative. C’est une remise en question permanente.

A chaque tirage je suis heureuse d’avoir une nouvelle opportunité de pratiquer et d’apprendre. Et de pouvoir aider quelqu’un par mon service. Dès que je reçois le mot de la personne en réponse, c’est un immense soulagement et une immense gratitude.

Enregistrer

Enregistrer